Le ministre de la Santé, Denise Mekam’ne, a réceptionné le 11 septembre à Libreville les quatre premières cliniques mobiles annoncées par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, lors de son discours à la Nation, le 31 décembre 2017.

Denise Mekam’ne réceptionnant les clés des véhicules médicalisés du représentant de Hospitainer, partenaire du gouvernement gabonais. © Gabonreview

 

Lors de son discours à la nation en décembre 2011, Ali Bongo avait annoncé la mise en place d’un réseau de cliniques mobiles dans chacune des provinces du Gabon. Il devait permettre une meilleure couverture sanitaire à l’échelle du pays et l’accès aux soins de base pour les plus démunis.

Denise Mekam’ne réceptionnant les clés des véhicules médicalisés du représentant de Hospitainer, partenaire du gouvernement gabonais. © Gabonreview

Le ministre en charge de la Santé a réceptionné, le 11 septembre, les quatre premières cliniques mobiles sur la vingtaine commandée. Ce sont des camions à conteneurs médicalisés de type 4X4, disposant d’équipements nécessaires pour réaliser des soins d’urgence et de base. Ils sont pourvus d’un espace de consultation, une table d’examen gynécologique, un mini-laboratoire, du matériel ophtalmologique et des médicaments de première nécessité.

«Il vous souvient que nous avons reçu le rapport sur la stratégie d’investissement humain commandé par la Première dame, Sylvia Bongo Ondimba. Ce rapport indiquait qu’il y avait beaucoup de départements en précarité. Il fallait faire quelque chose pour essayer de soulager ces populations. Ces cliniques mobiles vont permettre d’amener la santé vers ces populations, vers l’arrière-pays», a déclaré Denise Mekam’ne. L’objectif est de «pouvoir atteindre les départements qui sont très loin de grands centres et qui n’ont pas toujours la possibilité d’accéder facilement aux structures sanitaires».

Pour le membre du gouvernement, il est question de mettre en pratique «la politique de l’égalité des chances prônée par le chef de l’Etat. Egalité des chances dans la formation, dans l’éducation et dans les soins de santé».

«Nous avons identifié, conformément au rapport McKinsey, les départements qui ont besoin, dans l’immédiat, de ces cliniques et nous allons les déployer dans les tous prochains jours», a indiqué Denise Mekam’ne. L’expert recruté pour ce projet va procéder à l’installation du matériel, puis à la formation des formateurs en ce qui concerne les biomédicaux, les conducteurs et les mécaniciens, pour une utilisation à bon escient de ces véhicules.