Le syndicat national des agents de santé (Synas) invite le ministre de la Santé à réexaminer urgemment ses revendications, sous peine de paralysie générale du fonctionnement des structures sanitaires.

© D.R.

Le spectre d’une paralysie générale plane sur le secteur santé, où les agents fédérés au sein du secteur Syndicat national des agents de santé (Synas), ont déposé un préavis de grève, le 5 janvier dernier. Dans une correspondance adressée à leur ministre de tutelle, le Synas a menacé d’entrer en grève illimitée, si les revendications contenues dans son cahier des charges ne sont pas satisfaites, au plus tard le 17 janvier prochain.

Une attitude motivée par la non-prise en compte, par le gouvernement, des revendications contenues dans le protocole d’accord signé le 9 mars 2016. Document dans lequel l’Etat a été invité à résoudre les points liés au paiement de la Prime d’incitation à la performance (PIP) du deuxième trimestre 2015, et régulariser les situations administratives des agents et rouvrir des écoles provinciales de santé.

Estimant avoir dépassé la date à laquelle ces revendications devraient être résolues, les agents de la santé ont ainsi invité leur ministre à les «réexaminer avec diligence, jusqu’au 17 janvier 2017, sous peine de voir le fonctionnement des structures sanitaires paralysé par une grève illimitée». Une énième menace de grève dont l’aboutissement s’ajouterait aux mouvements d’humeur lancés par les enseignants du primaire, secondaire et du supérieur.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga (stagiaire)