A l’initiative de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), en partenariat avec de l’hôpital d’instruction des armées Omar Bongo et le Centre hospitalier de Libreville (Chul), ce chirurgien-urologue séjourne de nouveau à Libreville du 30 janvier  au 3 février 2016.

Dr Eric Jacob Benizri en pleine opération avec ses collègues gabonais à l’hôpital d’instruction des armées, le 30 janvier 2017. © Service Communication CNAMGS

 

En collaboration avec le service de santé militaire et le Centre hospitalier universitaire de Libreville (Chul), la CNAMGS accueille, une nouvelle fois, dans la capitale gabonaise, le Dr Eric Jacob Benizri dans le cadre de ses activités médico-chirurgicales. Comme lors de ses précédentes visites au Gabon, le pensionnaire du Centre d’Urologie et d’Andrologie de Nice (France) prend en charge toutes les pathologies concernant en particulier les reins, la vessie, la prostate mais également les organes génitaux (testicule, verge, urètre), les troubles de la continence urinaire (fuites urinaires) de l’homme et de la femme et de la statique pelvienne de la femme (descente d’organe).

L’on se souvient que lors de son dernier passage dans le cadre d’une caravane médico-chirurgicale à Libreville, il avait marqué les esprits par son professionnalisme. «C’est un vrai expert». «Il consulte et opère sans qu’on ne voit une goutte de sang et le rétablissement est après trois jours à peu près. Or, nos collègues vont demander au moins trois poches de sang avant de commencer l’opération et le rétablissement prendra plusieurs jours», avait commenté un du Chul.

Dr Eric Jacob Benizri est donc de nouveau à Libreville pour continuer cette prise en charge des patients atteints des pathologies de l’appareil urinaire, à travers des opérations de nouveaux cas, mais également le suivi de ceux qu’il avait déjà opéré.

Se satisfaisant du plateau technique, le Dr Eric Jacob Benizri salue également la disponibilité des médecins gabonais à bénéficier du transfert de compétence, mais également leur évolution en termes de performance. «La majorité des médecins gabonais font preuve de volonté», a-t-il déclaré mettant l’accent sur le fait que ses collègues gabonais ont de plus en plus pris la main. Pour lui, au moins 80% des patients sont déjà pris en charge par les médecins gabonais. Ce qui fait qu’à son arrivée, il n’intervient que pour des cas délicats.

Pour beaucoup des patients, la présence du Dr Binizri est un espoir. Ce médecin qui totalise plus d’une trentaine d’années dans cette spécialité connait parfaitement les pathologies qu’il consulte.

«Je suis là parce que j’ai mon papa qui souffre d’une prostate. Cela remonte à environ deux ans. Il suivait le traitement, mais entre-temps, la maladie a évolué. Compte tenu du fait que le docteur Jacob Benizri est là, on va en profiter pour voir s’il pourra être opéré et comment il va se comporter après», a déclaré le fils d’un patient. Il Les consultations et opérations se passeront respectivement à l’hôpital d’instruction des armées et au CHUL du 30 janvier au 3 février 2016.