La capitale gabonaise accueille du 17 au 19 septembre son premier hackathon axé sur le secteur de la santé. Cette compétition des développeurs numériques vise à moderniser le système de santé au Gabon.

Tarik Mounim (micro), lors de la journée idéation («Inspiration Day»), le 15 septembre 2018. © Gabonreview

 

Du 17 au 19 septembre, aura lieu à Libreville le premier hackathon axé sur le secteur de la santé. Organisé par le projet «eGabon», en collaboration avec le cabinet Evolving Consulting, cette compétition mettra aux prises 100 participants, avec un objectif précis : développer des solutions numériques visant à moderniser le système de santé au Gabon. Soutenu par le ministère de la Communication et de l’Economie numérique, ce marathon des développeurs a été précédé, ce samedi 15 septembre, par une journée idéation baptisée «Inspiration Day», ayant permis aux personnes intéressées de s’inscrire et d’affiner leurs différentes idées de projet en présence de plusieurs coachs, parmi lesquels Tarik Mounim.

Consultant numérique au cabinet Evolving Consulting, le coach marocain est certain que ce hackathon de Libreville permettra d’aboutir à la présentation, dès le 19 septembre prochain, de plusieurs offres innovantes au profits des professionnels de santé et des populations.

Des participants face aux coachs, lors de la journée idéation («Inspiration Day»), le 15 septembre 2018. © Gabonreview

«Pendant 48 heures, nous verront une centaine de jeunes, des designers, marqueteurs, développeurs et startupers, qui vont essayer activement de travailler afin de développer des solutions innovantes autour du secteur de la santé ; ce qui est très important aujourd’hui puisqu’étant un sujet d’actualité sur tout le continent. On espère donc voir rapidement des projets émerger, qui seront incubés grâce à cette magnifique initiative qu’est la Société d’incubation numérique du Gabon, qui ouvrira bientôt ses portes. Des projets qui pourraient d’ailleurs servir d’exemple ou être dupliqués dans d’autres pays», a déclaré Tarik Mounim.

Le Pr Cheick-Oumar Bagayoko a précisé quant à lui que les solutions qui sortiront du lot devront être celles entrant dans le cadre de l’amélioration des conditions d’accès aux soins et de prise en charge des patients. Il s’agira, notamment, a souhaité l’expert eSanté «de concevoir des idées de projet répondant aux objectifs du gouvernement en matière de santé». «Les défis des participants devront aller du désenclavement des populations les plus isolées à l’amélioration de l’accès aux différents spécialistes qui, pour la plupart ne sont accessibles qu’à Libreville. Il s’agira également de faire en sorte que le dossier des malades soir suivi où qu’ils se trouvent», a expliqué l’expert malien qui a assuré toutefois que l’objectif de ce hackathon n’est pas de mettre les développeurs en concurrences avec les professionnels de santé. «Il ne s’agit pas d’aboutir à des innovations qui vont complètement déconnecter les patients de leurs médecins, mais qui permettront plutôt d’aider l’une et l’autre partie», a-t-il précisé, indiquant que les aspects juridiques et éthiques seront également abordés avec tous les développeurs.

Au terme de la compétition, trois prototypes seront primés, dans trois catégories : «Santé connectée», «Santé éducation & prévention», et «Santé fintech». Pour chacun de ces catégories, le lauréat sera désigné à l’issue de la présentation de son prototype d’application et du pitch devant le jury. Tous les lauréats seront accompagnés, y compris financièrement, promet Tarik Mounim.