Afin de souhaiter un prompt rétablissement à Ali Bongo hospitalisé à Ryad depuis le 24 octobre puis transféré le 28 novembre à Rabat, l’Association des jeunes émergents volontaires (Ajev) a organisé un rassemblement le 30 novembre au palais de sport de Libreville.

Les images du rassemblement de l’Ajev, Libreville le 30 novembre 2018. © Facebook Kevin Mebalet

 

Sous les auspices de la fine pluie qui  a béni Libreville durant toute l’après-midi du 30 novembre, l’Association des jeunes émergents volontaires (Ajev) a rassemblé au palais du sport de Libreville, plusieurs centaines de jeunes Gabonais, afin de souhaiter un prompt rétablissement à Ali Bongo, transféré à Rabat, au Maroc, depuis le 28 novembre pour poursuivre sa convalescence.

© Facebook Kevin Mebalet

Cette manifestation a rassemblé les membres du gouvernement, les conseillers politiques à la présidence de la République, les responsables administratifs, responsables des confessions religieuses et des jeunes Gabonais.

Des prières, louanges,  adorations ont été adressées au Tout-Puissant, afin que le chef de l’Etat recouvre sa santé et regagne le pays. Cette rencontre d’intercession portée par une démarche oeucuménique a permis à des milliers de Gabonais de s’unir  autour d’un même idéal.

Toutefois, une bonne partie de l’assistance n’a pas compris l’intrusion d’un comédien  dans ce «temps de prière» pour une situation aussi préoccupante. Est-ce une méconnaissance  de l’objet de la rencontre ou une volonté  manifeste de désacraliser le sacré?

Auteur: Jean-Thimothé Kanganga