Tenu le 10 janvier à Libreville, le conseil des ministres a adopté le projet de décret consacrant la transformation du Centre hospitalier universitaire d’Angondjé (CHUA) en hôpital d’instruction des armées.

L’hôpital d’instructions de armées d’Agondje. © News.alibreville.com

 

Le conseil des ministres du 10 janvier n’a pas été avare en annonces. L’une d’elles concerne l’adoption du projet de décret portant création, attributions et organisation de l’hôpital d’instruction des armées d’Akanda, précédemment dénommé Centre hospitalier universitaire d’Agondje (CHUA). La structure sanitaire à vocation universitaire jouira désormais de la personnalité juridique dotée d’une autonomie de gestion administrative et financière.

Disposant d’un institut de cancérologie, l’hôpital d’instruction des armées se chargera entres autres, d’assurer une mission de diagnostic, de traitement et d’expertise au profit des militaires, des agents des forces de sécurité et de défense, et de leurs ayant-droits. La structure médicale se chargera également de participer aux missions de service public hospitalier, à l’enseignement et à la recherche médicale appliquée en collaboration avec les organismes de recherche gabonais ou étrangers.

Dans cette perspective, le conseil des ministres est d’avis que l’hôpital d’instruction des armées va contribuer à la formation du personnel médical, paramédical et administratif du service de santé militaire, ainsi que des stagiaires militaires civils gabonais ou étrangers. Tout comme l’établissement sanitaire va aussi constituer des équipes médico-chirurgicales destinées à soutenir une force en opérations ou à intervenir dans le cadre d’une mission d’assistance humaine.

Pour son fonctionnement, l’hôpital disposera par ailleurs de d’un conseil d’administration, un commandement, des départements cliniques et médico-techniques et une agence comptable.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga