Dans le cadre de son action sociétale, le groupe Gabon Oil a entièrement réhabilité le Centre Mot à Mot pour enfants souffrant de déficiences intellectuelles. La structure a été livrée le 7 octobre à Libreville.

L’entrée principale du centre Mot à Mot au quartier Sotéga (dans le 2e arrondissement de Libreville). © Gabonreview

 

Prenant en charge les patients atteints de déficiences intellectuelles, le Centre Mot à Mot, situé dans le deuxième arrondissement de Libreville, a été entièrement réhabilité par Gabon Oil Marketing, filiale du groupe Gabon Oil. Une action s’inscrivant dans le cadre de la politique de responsabilité sociétale du groupe qui, tout en menant ses activités principales, concoure au bien-être des communautés. La structure rénovée a été livrée le 7 octobre.

«L’engagement sociétale, aussi porté par l’acronyme RSE (Responsabilité sociétale des entreprises, ndlr), fait partie intégrante de la vie des entreprises souhaitant s’impliquer positivement dans le développement social du pays», a estimé le directeur général de Gabon Oil Company (Goc). «Ainsi, la réhabilitation du Centre Mot à Mot matérialise cette volonté d’être un acteur citoyen pour le groupe Gabon Oil», a estimé Arnauld Engandji.

La salle d’attente des parents entièrement rénovée. Monique Mozogo et Arnauld Engandji prononçant leurs mots de circonstance. © Gabonreview

La réhabilitation de l’établissement a nécessité plusieurs mois de travaux. Ils ont concerné le bâtiment principal, le bâtiment abritant la salle d’attente des parents et celui dans lequel est localisée la salle de rééducation. A travers cette action, Gabon Oil entend être à l’écoute des pensionnaires de ce centre. «En ce lieu désormais rénové, les enfants pourront recevoir une éducation adaptée avec la mise à disposition de tous les éléments nécessaires à leur épanouissement», a déclaré Arnauld Engandji.

En effet, le Centre Mot à Mot accueille des jeunes présentant des troubles du spectre de l’autisme, de la dysphasie, de la déficience intellectuelle, avec ou sans troubles associés. Mais également les enfants présentant des pathologies responsables de l’échec scolaire.

Remerciant ses bienfaiteurs, la directrice du centre a dressé le bilan de sa structure. Selon Monique Mozogo, «sur près de 108 enfants présentant une absence ou retard de langage, suivis au centre, 85 ont été démutisés. De 2013 à 2015, 25 enfants ont pu intégrer le circuit scolaire normal. Et cette année, cinq autres enfants intégreront l’établissement catholique Anne-Marie Jahvoue», a détaillé la directrice du Centre Mot à Mot.

«55 enfants sont en voie de sortie pour la préformation professionnelle et pour l’intégration dans des structures normales. Ceci dès l’année prochaine. Cependant, d’autres ont dû abandonner en cours de projet, les parents ne pouvant s’acquitter des frais de prise en charge (96 000 francs par mois et par enfants, ndlr)», a poursuivi Monique Mozogo. Dans ce sens, la responsable de l’établissement a sollicité l’aide des pouvoirs publics pour la soutenir dans son action.

Créé en 1992, le Centre Mot à Mot fonctionne sur toute l’année scolaire avec une capacité d’accueil de 100 enfants. La structure propose différentes offres de formation, en fonction de l’âge et du projet de chaque jeune. Elle dispose ainsi d’une section d’enseignement général, des unités de soins spécialisés et d’une section de première formation professionnelle, complété par un  service d’accompagnement à la sortie.