Disant être victime d’une cabale sur les réseaux sociaux, orchestrée par des militants et soutenue par des responsables du Rassemblement pour le Gabon (RPG), l’actuel ministre délégué aux Affaires étrangères affirme ce mercredi n’avoir ni de haine ni de mépris pour qui que ce soit. Au contraire !

Raymond Placide N’dong Meyo, l’ex-Premier conseiller politique de Paul Mba Abessole, pardonne à ses détracteurs. © D.R.

 

Il le sait, son entrée au gouvernement en août dernier n’a pas plu aux militants, encore moins aux responsables du RPG, en tête desquels Paul Mba Abessole, qu’il accuse d’avoir pesé de son poids pour le faire exclure. Une «exclusion véritablement scandaleuse pour les âmes lucides et saines», a jugé Raymond Placide N’dong Meyo, à la faveur d’une sortie mercredi 25 octobre à Libreville. Bien que la commission de discipline n’ait décelé aucune preuve de l’«indiscipline» de la part de l’ex-Premier conseiller politique, le président du RPG aurait enjoint les membres de ladite commission à écarter Raymond Placide N’dong Meyo du parti, après 27 ans de lutte.

Depuis, «ce parti a lancé contre moi, par les réseaux sociaux, dont Facebook, et le bouche à oreille, une organisation chargée de me démolir par la propagation de faussetés à mon sujet ; un véritable opprobre versé sur ma personne», a regretté le ministre délégué. Pourtant, il a assuré n’avoir ni de haine ni de mépris pour qui que ce soit. Au contraire. «Pour ma part, je les aime et les respecte tous ; je sais que nous sommes différents, déjà par nos idées des relations entre personnes», a déclaré Raymond Placide N’dong Meyo, estimant que ses détracteurs et leurs soutiens au sein du directoire du parti, pourraient agir «par bouffonnerie, par ignorance, par naïveté».

S’agissant de Paul Mba Abessole, dont il continue de louer les «grandes idées» politiques, le membre du gouvernement a estimé que celui-ci «n’est pas à diaboliser». Pour lui, le président du RPG «n’est qu’un homme, un pécheur».

Raymond Placide N’dong Meyo a par ailleurs invité les militants du RPG et d’autres Gabonais qui croient en lui à rester «vigilants». «Je donne un rendez-vous dans un très proche avenir», a-t-il annoncé. S’agit-il de la création d’un mouvement ou d’un parti politique ? On le saura bientôt. Pour l’heure, l’ex-Premier conseiller politique de Paul Mba Abessole perçoit son entrée au gouvernement comme un nouveau challenge. Lui, dont le combat, a-t-il dit, est «celui de voir tous les Gabonais, sans discrimination, unir leurs intelligences pour la prospérité du Gabon».