Démocratisation du pays, lutte contre la corruption, promotion des droits de l’homme et de l’Etat de droit, mobilisation citoyenne. Voici les quatre axes prioritaires du programme d’action 2018 du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG).

Le président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon, Georges Mpaga. © D.R

 

A travers une vidéo postée sur sa page Facebook, le 3 janvier 2018, le président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon, Georges Mpaga, a décliné les priorités de sa structure pour les 362 prochains jours.

Limitées à quatre, ces priorités sont la démocratisation du pays, la lutte contre la corruption, la promotion des droits de l’homme et de l’Etat de droit, ainsi que la mobilisation citoyenne.

«La société civile joue un rôle important et demeure un acteur incontournable de la gouvernance mondiale. Elle intervient particulièrement dans la lutte contre la corruption, dans les questions de respect des droits de l’homme et la bonne gouvernance», a rappelé Georges Mpaga.

Pour le président du ROLBG, chacune des priorités arrêtées pour l’exercice 2018 repose sur des actions précises. Il s’agira de l’intensification des programmes de démocratisation du Gabon ; l’évaluation financière et matérielle des différents programmes mis en place par Ali Bongo depuis son arrivé au pouvoir ; l’établissement de partenariat d’action avec les magistrats pour la promotion des droits de l’homme et de l’Etat de droit.

Le ROLBG envisage également de mener des campagnes de mobilisation citoyenne, à travers l’intensification et la vulgarisation des actions, la création des réseaux citoyens et le renforcement des capacités. «Un accent particulier sera mis sur la professionnalisation de nos programmes, la vulgarisation de nos interventions et des programmes de proximités directes avec les populations. Il est important que chaque citoyen s’implique», a-t-il assuré.

Selon Georges Mpaga, la situation de crise qui paralyse le pays, depuis plusieurs années déjà, est le résultat de la conjugaison de tous les maux favorisés par le régime en place. Il s’agit notamment de l’absence de démocratie, la pauvreté endémique, la corruption et la violation des libertés. Ces priorités du programme 2018 du ROLBG visent à donner les «armes» aux citoyens pour mieux se déterminer, face à ces maux qui minent leur quotidien.