Le pays reste l’État le mieux loti en matière de sécurité en Afrique centrale. Il est classé parmi les pays confrontés à des menaces de piraterie maritime dans la carte des risques 2017 réalisée par Gallice, société privée de sécurité et d’analyse des risques internationaux.

La piraterie demeure une véritable menace pour la sécurité des côtes gabonaises. © D.R.

 

Dans sa «carte de la situation sécuritaire du monde en 2017», qu’elle établit pour la cinquième année sur la base d’une synthèse de rapports internationaux et de témoignages de ses employés et bureaux à l’étranger, Gallice a estimé que le Gabon pourrait être exposé à des risques sécuritaires cette année, comme bien d’autres pays de la planète.

La carte de la situation sécuritaire mondiale montre que tout le territoire gabonais est un espace potentiel de «piraterie», véritable menace pour la sécurité de ses côtes. Mais le Gabon est plus rassurant que ses voisins. Ils sont exposés à la menace islamiste (Cameroun), à la forte criminalité (Congo, Angola République démocratique du Congo) et aux risques de violences faites aux femmes (République centrafricaine).

Sur le planisphère, cinq pays (Afghanistan, Yémen, Irak, Syrie, Libye) figurent en rouge foncé: «pays à risques élevés nécessitant un dispositif de protection de haut niveau». Huit pays (Venezuela, Mali, Niger, Nigeria, République centrafricaine, Soudan du Sud, Somalie, Turquie) sont en rouge plus clair: «Pays à risque, nécessitant des mesures sécuritaires». Les pays où les risques sont modérés, nécessitant une évaluation et une analyse des risques, sont au nombre de 15.

Pour Galice, la criminalité, les conflits ethniques, le terrorisme et la piraterie maritime constituent les principales menaces pour les pays africains.