Vacant avec le transfuge de Michel Menga M’Essone, le poste de  secrétaire général de du Rassemblement héritage et modernité (RHM) vient d’échoir à Faustin Laurent Bilie Bi Essone, jusque-là secrétaire général adjoint chargé de la mobilisation, porte-parole de la structure.

Le nouveau secrétaire général du RHM, Faustin Laurent Bilie Bi Essone. © RHM

 

Le bureau politique du Rassemblement héritage et modernité a nommé, le 16 août 2018, Faustin Laurent Bilie Bi Essone au poste de «secrétaire général du parti». Il succède ainsi, à l’actuel ministre de l’Habitat, Michel Menga M’Essone suspendu de ses fonctions au sein du RHM, le 5 mai dernier en application des dispositions de l’article 132 des statuts du parti, pour avoir accepté d’intégrer l’actuelle équipe gouvernementale.

Si le nouveau secrétaire général du RHM peut se réjouir de cette promotion et être fier de la confiance des membres du bureau politique de son parti, il reste que cette désignation viole le principe d’élection requise pour tous les postes de responsabilité, tel qu’expliqué par Michel Menga, en février 2017 à Libreville, lors du symposium dit d’appropriation des idéaux du RHM. «Quelles que soient les responsabilités qui sont les nôtres, nous disons que le parti est une propriété collective et chaque militant et militante a son mot à dire. Nous voulons finir avec ces pratiques qui font que dès que la base choisie quelque chose, au niveau de la tête, on balaie ça d’un revers de la main», indiquait-il.

Le RHM rejetant l’entrée au gouvernement, en qualité de ministre de l’Habitat, de celui qui était alors son secrétaire général, Michel Menga M’Essone avait été suspendu de son parti. Il se targuait alors d’être «un des pères fondateurs du parti. À ce titre, l’exclusion de n’est pas de mise pour le membre fondateur que je suis». Sans doute par élégance et loyauté en dehors du giron politique, le transfuge n’a jamais été exclu de la formation politique cornaquée par Alexandre Barro Chambrier.

 «C’est à titre personnel que Monsieur Michel Menga M’Essone fait son entrée au gouvernement. Sa décision n’engage pas le RHM. Aussi, en application des dispositions de l’article 132 de nos Statuts et en attendant l’application des dispositions subséquentes, Monsieur Michel Menga M’Essone ne peut plus assumer les fonctions de Secrétaire Général du RHM», indiquait alors celui que le remplace aujourd’hui au secrétariat général du RH, Faustin Laurent Bilie Bi Essone. Le laissé vacant est en tout cas aujourd’hui pourvu.