«Je suis un des pères fondateurs du parti. A ce titre, l’exclusion n’est pas de mise pour le membre fondateur que je suis». C’est en ces termes que Michel Menga M’Essone a rejeté, le 7 avril à Libreville, son exclusion de Rassemblement héritage et modernité (RHM) prononcée 48 heures plus tôt.

Michel Menga M’Essone, le 7 mai 2018, sur le parvis du palais de la Présidence de la République. © D.R.

 

Rejetant la participation de son secrétaire général au gouvernement, le Rassemblement héritage et modernité (RHM) a suspendu Michel Menga M’Essone. Une décision rejetée par l’intéressé 48 heures plus tard, peu avant sa prestation de serment devant le chef de l’Etat, le 7 avril à Libreville.

 «Je suis un des pères fondateurs du parti. à ce titre, l’exclusion de n’est pas de mise pour le membre fondateur que je suis», a déclaré le nouveau ministre d’Etat en charge de l’Habitat. «Nous sommes dans une situation d’émotions, je le considère comme ça. Je suis sûr que la sérénité reviendra dans les esprits des uns et des autres et que tout rentrera dans l’ordre», a affirmé Michel Menga M’Essone. Ce dernier a par ailleurs livré son sentiment, quelques minutes avant sa prestation de serment. : «Je suis un Gabonais, je me sens Gabonais et c’est en tant que Gabonais que je suis là. Je peux dire que je suis venu ici pour assumer les responsabilités du Gabonais que je suis, et pour apporter ma contribution à la construction de mon pays».

Après l’entrée au gouvernement de Michel Menga M’Essone, beaucoup estiment que ce dernier se fera flouer sinon ridiculiser par les plus hautes autorités, en tête desquels Ali Bongo. Un horizon que ne partage pas le nouveau ministre d’Etat, déclarant être dans un bon état d’esprit. «Je suis optimiste, je ne panique pas, je fais confiance aux gens et, par conséquent, lorsqu’on me dit quelque chose, je n’ai pas de raisons de ne pas croire en ne ce qu’on me dit, jusqu’à preuve du contraire. Je fais confiance et c’est dans le cas de l’optimisme que je suis là ce matin», a-t-il conclu.