Alors qu’il envisage occuper une place centrale dans le paysage politique national, le Rassemblement héritage et modernité (RHM) a choisi d’inscrire sa stratégie dans la conquête des sièges au parlement via l’implantation du parti sur tout le territoire.

Séance de discussion avec les populations.© D.R.

 

Favorable à une participation pour les prochaines législatives, alors que l’opposition reste divisée sur la perspective de prendre part ou non à cette joute électorale, le RHM poursuit son implantation sur le terrain. Le 16 octobre, la direction du parti a sillonné la commune de Tchibanga, avant de se rendre 24 heures plus tard à Mayumba.

Pour le président du RHM, Alexandre Barro Chambrier et sa délégation, il est question de présenter la vision et l’orientation de sa formation politique, ainsi que préparer les écuries pour les échéances électorales à venir. L’étape initiale de ce périple a donné lieu à l’installation de la Coordination provinciale. Pierre Makosso Koumba a été porté à la tête de la coordination communale, tandis que Pierre Pirry Pambo a été installé pour conduire la coordination départementale.

Président et SG à cœur ouvert. © D.R.

Ce parti dont le directoire est constitué d’anciens députés et ministres, n’entend pas faire de la figuration lors des prochaines législatives. Leur expérience de la conquête du terrain constitue un atout. D’où cette mise en place anticipée des structures de base appelées à animer la vie du parti et favoriser l’élargissement d’une base électorale.

L’occasion de ces rencontres a ouvert la voie à des échanges, notamment sur la suite à donner à l’élection controversée d’Ali Bongo, le projet de la révision constitutionnelle envisagé par Ali Bongo, ainsi que la récente descente d’un huissier de justice et des gendarmes chez Jean Ping.

Après les étapes de Tchibanga et Mayumba, la délégation est attendue le 18 octobre à Moabi, avant un grand meeting à Mouila.

Auteur : Alain Mouanda