Le 6e vice-président du Sénat, Jean Christophe Owono Nguema et le président du parti Les Upégistes solidaires, Jean de Dieu Moukagni Iwangou, ont lancé le 28 octobre 2017, à la chambre de commerce de Libreville, la campagne de sensibilisation contre la révision constitutionnelle.

Les leaders politiques et de la société civile s’engagent solennellement à exercer leur citoyenneté pour défendre la Constitution. © Gabonreview

 

La croisade contre la révision constitutionnelle aura-t-elle lieu ? Si l’opposition dans son ensemble est contre cette initiative qu’elle juge «dangereuse» pour la Nation, certains de ses membres recommandent la création d’un front uni pour s’opposer à cette révision de la Constitution.

Le 6e vice-président du Sénat, Jean Christophe Owono Nguema et le président du parti Les Upégistes solidaires, Jean de Dieu Moukagni Iwangou, le 28 octobre 2017. © Gabonreview

Le 6e vice-président du Sénat, Jean Christophe Owono Nguema et le président du parti Les Upégistes solidaires, Jean de Dieu Moukagni, se sont portés volontaire pour cette croisade. Samedi 28 octobre, à la Chambre de commerce de Libreville, ils ont appelé le peuple à sauver la République et à dire «Non à la révision de la Constitution».

Les deux leaders  ont notamment demandé à chaque Gabonais de défendre la République, en vertu des dispositions de l’article 1er de la Constitution en son paragraphe 21 : «Chaque citoyen a le devoir de défendre la patrie et l’obligation de protéger et de respecter la Constitution, les lois et les règlements de la République».

Selon Jean Christophe Owono Nguema et Jean de Dieu Moukagni Iwangou, le pays fait face à une situation grave ; laquelle nécessite l’implication de toutes les forces vives de la Nation, ainsi que leur engagement solennel et résolu, à exercer désormais, de manière pleine et entière toute leur citoyenneté.

«Ce combat n’est pas celui de monsieur Moukagni, ni de monsieur Owono. Ce combat est celui de tous les patriotes, de tous les Gabonais, quels que soient les bords politiques. C’est un combat qui devra faire en sorte que les fondamentaux de notre nation soient vraiment renforcés et qu’on évite de les lézarder comme c’est le cas à l’heure actuelle», a déclaré le 6e vice-président du Sénat.

Ce projet de révision constitutionnelle, estiment-ils, s’inscrit dans la suite logique de l’élection présidentielle d’août 2017, ayant endeuillé la Nation et «engagé» la responsabilité du régime en place devant la communauté nationale et internationale. Pour eux, la révision ne viserait que la «confiscation du pouvoir, la protection contre le peuple et la soustraction à l’action de la justice».

Le peuple « souverain» s’engage solennellement à exercer sa citoyenneté pour défendre la Constitution. © Gabonreview

«Il est urgemment temps de réfléchir à notre destin qui est en jeu. Ce scénario ne peut pas passer, et ne doit pas passer et ne passera pas. Nous sommes devant le rendez-vous de l’Histoire», a martelé Moukagni Iwangou.

La sortie de la Chambre de commerce n’est que le premier acte de la campagne de sensibilisation du peuple «souverain», pour sauver la République. D’autres actions sont prévues, notamment celles en direction des membres du parlement. «Nous entendons aller à la rencontre des Gabonais, à la rencontre du peuple, le souverain suprême, pour sauver la République», a assuré Jean de Dieu Moukagni Iwangou.