Dans une interview à paraître le 29 décembre sur Gabonreview, Jean Christophe Owono Nguema, vice-président du Sénat, a été sans appel : «Le projet de révision constitutionnelle ne sera pas validé d’ici la fin de l’année».

Le 6e vice-président du Sénat gabonais, Jean-Christophe Owono Nguema, le 28 décembre 2017, au siège de Gabonreview. © Gabonreview

 

Transmis à la deuxième chambre du Parlement après son adoption par l’Assemblée nationale, le projet de révision de constitutionnelle ne sera pas adopté avant la fin de cette année. C’est du moins l’avis de Jean Christophe Owono Nguema. «Non, ce projet ne sera pas validé d’ici la fin de l’année», a déclaré le vice-président du Sénat, dans une interview à paraître sur Gabonreview.

Selon le sénateur, la deuxième chambre du Parlement est actuellement en session budgétaire. Et celle-ci s’achève le dernier jour ouvrable du mois en cours, soit le 29 décembre. «Et aujourd’hui, la loi d’habilitation permettant au chef de l’Etat de légiférer par ordonnance pendant l’intersession a été votée. Cela veut dire que nous sommes aujourd’hui en intersession et que la boucle est bouclée en ce qui concerne le projet de révision constitutionnelle», a expliqué Jean Christophe Owono Nguema.

Pour lui, il apparaît évident que seules deux possibilités s’offrent au gouvernement. «Soit, il convoque une session extraordinaire de 15 jours avec un ordre du jour précis. Soit, le gouvernement attend l’ouverture de la session de loi en mars 2019», a affirmé l’ancien élu du parti au pouvoir. Ce dernier a du reste souligné que si cela ne dépendait que de lui, ce projet de révision constitutionnelle allait purement et simplement être retiré.

«Nous n’avons pas besoin de ça en ce moment. Le Gabon a d’autres problèmes urgents, graves et importants. Et comme le gouvernement a jugé utile de mettre sur pied ce projet de révision, il ne lui reste que l’alternative que je viens de présenter», a indiqué Jean Christophe Owono Nguema. Rendez-vous est donc pris pour 2018.