Invité du journal Afrique de TV5Monde le 19 octobre, le 6e vice-président du Sénat gabonais, Jean-Christophe Owono Nguema, n’a pas caché sa crainte de voir aboutir le projet de révision constitution qu’il définit comme un plan de «monarchisation du Gabon».

Pour Jean-Christophe Owone Nguema, le problème du Gabon est politique (capture d’écran). © Gabonreview

 

En déplacement en France, le 6e  vice-président du Sénat a appelé le 19 octobre l’opposition gabonaise à taire ses égos et à se réunir rapidement pour faire un bloc contre le président Ali Bongo Ondimba et son projet de révision constitutionnelle. Jean- Christophe Owono Nguema s’exprimait sur le plateau du journal de TV5Monde.

«Ce projet de constitution pour moi, c’est la forfaiture de trop d’Ali Bongo, parce que ce projet vise tout simplement à faire disparaître la République gabonaise pour que nous devenions une monarchie. C’est une monarchisation de la République qu’aucun Gabonais ne pourra accepter», a-t-il affirmé.

Pour Jean-Christophe Owone Nguema, le problème du Gabon est politique et il faut trouver une solution politique à ce problème. Soutenant au nom du peuple gabonais détenir les leviers pour empêcher cette future 24e révision constitutionnelle depuis 1960, sous le prétexte d’appliquer les recommandations du Dialogue politique, le Sénateur n’a pas manqué d’alerter l’Union européenne afin qu’elle prenne ses responsabilités.

Ce dernier a par ailleurs insisté sur la nécessité pour les hommes politiques de s’unir pour sauver la République.

«Ce problème politique est un problème gabonais, qui sera réglé par les Gabonais que nous sommes. Il faut que les Gabonais, à l’exemple du Togo descendent dans la rue. Qu’on affronte Ali avec ses milices. Qu’il tue ce qu’il pourra tuer, mais le reste continuera le combat. Nous devons laisser nos egos de côté pour combattre d’abord Ali Bongo», a-t-il déclaré.