La réunion trimestrielle de la Société de transformation agricole et de développement rural (Sotrader) s’est achevée le 20 avril à Oyem. Ces assises ont notamment permis de définir les axes de relance de la Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés (Graine).

Le P-DG de Sotrader, Théophile Ogandaga. © Gabonreview

 

Etalée sur quatre jours à Oyem, la réunion trimestrielle de la Société de transformation agricole et de développement rural (Sotrader) s’est achevée le 20 avril. Une réunion à l’issue de laquelle le bilan a été dressé par le Président directeur général (P-DG) de Sotrader. Selon Théophile Ogandaga, en effet, il y a plusieurs choses à retenir. D’abord par rapport aux participants.

© Gabonreview

«Pour la première fois dans le cadre de cette réunion, effet, nous avons enregistré une participation assez élargie avec les agents de la Sotrader, les responsables du ministère de l’Agriculture, les ONG et surtout, les coopératives agricoles», s’est réjoui le P-DG. Ensuite, la qualité des débats et des échanges ayant prévalu tout au long des échanges. «Nous avons effectivement pu identifier les défis, les problèmes auxquelles nous sommes confrontés. Mais aussi, les succès que nous avons enregistrés», a ajouté Théophile Ogandaga.

Enfin, la réunion trimestrielle de Sotrader a également permis de définir les actions à entreprendre afin de relancer les activités de la Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés (Graine). Parmi ces actions, le défi des techniques d’aménagement des plantations. «Nous avons eu recours à des techniques de mécanisation, avec l’utilisation des bulldozers. Suite aux problèmes techniques rencontrés à cet effet, nous avons donc décidé d’utiliser d’autres types de techniques. Le tout en ayant une meilleure supervision pour permettre un meilleur aménagement et avoir de meilleurs rendements au niveau de nos plantations», a-t-il affirmé.

Dans le même ordre d’idées, il y a également le défi de la mobilisation des coopératives, suite à l’arrêt du paiement de la subvention. «A ce sujet, avec les coopératives, nous avons trouvé des pistes à même de remobiliser et redynamiser celles-ci», a révélé Théophile Ogandaga. «Par ailleurs, nous avons également trouvé des solutions sur le financement du développement des plantations, afin d’étendre les surfaces agricoles. Nous repartons satisfaits de cette réunion car, dès lundi (le 23 avril, ndlr), beaucoup de coopératives vont reprendre leurs activités après plusieurs mois d’arrêt», a-t-il souligné.

Par ailleurs, la Sotrader entend miser sur l’augmentation des surfaces agricoles au niveau de la banane, du manioc, du maïs et de l’ananas ; aussi bien dans le Woleu-Ntem que dans les autres provinces où le programme Graine est exécuté. «Cette année, nous comptons ainsi développer 15 000 hectares de surface agricole à travers le pays», a conclu Théophile Ogandaga.