Pour éviter d’éventuels débordements, à l’exemple de ceux enregistrés lors de la présidentielle d’août 2016, la Haute autorité de la communication (HAC) a récemment invité les médias audiovisuels publics et privés à faire preuve de responsabilité, notamment en ne diffusant pas avant les autorités compétentes les résultats des prochaines législatives.

Les patrons des médias audiovisuels publics et privés, en réunion avec le président de la HAC, le 11 juillet 2018, à Libreville. © Gabonreview

 

La réunion convoquée le 11 juillet dernier par Raphaël Ntoutoume Nkoghe à laquelle ont été conviés les patrons des télévisions et radios publiques et privées avait un objectif précis : préparer les prochaines législatives, en évitant les débordements enregistrés lors de la présidentielle d’août 2016. Pour le président de la HAC, deux attitudes permettent de s’y prémunir : la responsabilité et le professionnalisme. Aussi a-t-il tenu à rappeler à ses interlocuteurs que «le devoir des organes de presse, le jour de l’élection, c’est de donner les résultats divulgués par les autorités compétentes». Il veut éviter la diffusion par les médias audiovisuels d’informations non officielles, y compris lorsque les correspondants de ces médias assistent au dépouillement dans un bureau de vote.

Le président de la HAC a également rappelé aux patrons des médias publics que leurs chaînes sont tenues de traiter équitablement et objectivement les informations liées à la campagne électorale de chaque candidat, selon qu’il soit d’un parti membre de la majorité ou de l’opposition. Une clause qui, a précisé Raphaël Ntoutoume Nkoghe, ne contraint pas les médias privés, tenus par leurs différentes lignes éditoriales.

Dans le cadre de la couverture de la campagne électorale comptant pour les prochaines législatives, voire pour les autres élections à venir, la HAC a annoncé la diffusion sur toutes les chaines publiques du «Journal de la campagne». Il s’agit d’un programme respectant un format et une durée uniques pour tous les candidats. Certains médias privés retenus par le régulateur seront autorisés à reprendre le signal de Gabon Première durant les deux semaines de campagne.

Pour la même période électorale, il est prévu l’organisation d’un plateau télévisé dénommé «Le Grand Débat» sur lequel tous les candidats seront reçus par des journalistes sélectionnés par la HAC. Ce plateau pourrait également servir pour la présidentielle de 2023.