Le 4 juin dernier, des employés du spécialiste en transport et logistique ont réhabilité une pompe publique du quartier Ntsenkele.

Des employés de DHL au terme de leur journée de travail. © Gabonreview

Des employés de DHL au terme de leur journée de travail. © Gabonreview

 

Scènes de la journée du 4 juin 2016 à Libreville. © Gabonreview

Scènes de la journée du 4 juin 2016 à Libreville. © Gabonreview

Les responsables de DHL à Libreville se sont rendus, le 4 juin dernier à Ntsenkele. L’entreprise spécialisée dans le transport et la logistique entendait venir en aide aux habitants de ce quartier situé entre le Boulevard triomphal et l’Université Omar Bongo. Ses employés en ont profité pour réhabiliter la pompe publique installée depuis des dizaines d’années.

Pour répondre aux préoccupations des populations de la zone, dont la plupart n’ont pas d’eau courante à domicile, les employés de DHL ont retroussé leurs manches. «Il est important pour nous que les employés s’investissent personnellement. Nous tenions donc tous à mettre la main à la pâte, pour ne pas nous limiter à engager des moyens financiers. Nous tenions à exercer l’activité par nous-mêmes, d’autant que parmi nos employés, il y a des talents en maçonnerie, en plomberie, et bien d’autres», a expliqué le responsable marketing, indiquant que le quartier a été choisi à la suite d’une prospection dans les potentielles zones d’intervention.

D’ordinaire, DHL organise une activité à caractère social une fois par trimestre. Pour Martial Meye, c’est un engagement qui vise à «donner la possibilité aux employés d’exprimer leur responsabilité sociale». «DHL, en tant qu’entreprise internationale, entend prendre toute sa part dans la vie sociale de l’environnement dans lequel elle évolue», a-t-il commenté. D’où l’instauration de deux groupes au sein de l’entreprise : le «Go help», pour aider les populations, et le «Go green» qui œuvre au respect de l’environnement.

La réhabilitation de la pompe publique de Ntsenkele et l’assainissement de ses alentours ont été initiés par le «Go help». Si les responsables de DHL assurent que cette activité n’est pas la dernière du genre, ils ont indiqué qu’un regard particulier sera accordé à la préservation de l’œuvre réalisée.