Le processus d’inscription du site du Bas-Ogooué au réseau mondial des réserves biosphères de l’Unesco, a été lancé le 12 avril à Libreville.

Atelier de lancement du processus d’inscription du site du Bas-Ogooué, au réseau mondial des réserves biosphères de l’Unesco, le 12 avril. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Le comité de pilotage du Projet d’appui à la gestion durable des zones humides (Pazh) est à pied d’œuvre pour le projet Bas-Ogooué. Il a organisé le 12 avril à Libreville, au ministère de la Foret et l’Environnement, un atelier pour le lancement du processus d’inscription du site du Bas-Ogooué au réseau mondial des réserves biosphères de l’Unesco. Initié sous la supervision du directeur général de l’environnement, cette initiative vise la préservation du riche patrimoine écologique de cette partie du pays.

En effet, «le gouvernement, à travers le projet d’appui à la gestion durable des zones humides critiques du Gabon (Pazh), a pris l’initiative d’inscrire le site Ramsar du Bas-Ogooué dans le réseau mondial des réserves de biosphère, afin de lui conférer un statut de protection complémentaire. Cette démarche vise à faire face non seulement à la fragilité de l’état de conservation du delta de l’Ogooué, mais également à remédier à la sous-estimation de sa valeur écologique», a indiqué Yannick Sonnet.

Durant cet atelier, les différents acteurs engagés dans ce processus ont analysé le dispositif du cadre institutionnel et juridique, les modalités de la gouvernance du Bas-Ogooué, la recherche scientifique et l’éducation environnementale, pour une meilleure valorisation de cette réserve. Ces différents éléments ont permis aux experts d’évaluer le dossier d’inscription du Bas-Ogooué au réseau mondial des réserves de biosphère, soumis par l’Unité de coordination du Pazh et élaboré avec le concours de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Au terme de travaux, une feuille de route fixant les activités à réaliser avant l’étape du dépôt du dossier finalisé à l’Unesco a été élaborée.

Deuxième plus grand complexe deltaïque d’Afrique subsaharienne, avec une superficie de plus de 800 000 ha, le site du Bas-Ogooué est caractérisé par une mosaïque d’habitats interconnectés où nichent de nombreuses espèces endémiques, rares ou menacées. Du point de vue culturel, il comprend des monuments et vestiges représentatifs de l’histoire du Gabon depuis les traces de cultures en billons antiques, jusqu’au début des indépendances, notamment le Cap-Lopez, les monuments des missions religieuses, le célèbre hôpital du docteur Schweitzer ainsi qu’Ile Samory Touré.