Le ministre de l’Éducation nationale a fixé la rentrée scolaire 2017-2018 au 2 octobre prochain. A-t-elle réuni toutes les conditions pour garantir une reprise des cours apaisée ?

La rentrée scolaire 2017-2018 aura-t-elle lieu le 2 octobre prochain. © D.R.

 

Officiellement annoncée pour le 2 octobre 2017, la rentrée scolaire 2017-2018, ne s’annonce pas rassurante pour les écoliers, lycéens et parents d’élèves. Elle risque de connaître des perturbations. La Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) en attente de réhabilitation, entend donner de la voix.

En effet, au cours de la conférence de presse de la campagne Tournons la page le 20 septembre 2017, au siège de la Confédération Dynamique unitaire, le secrétaire général adjoint 3 de cette coalition des syndicats de l’administration publique et parapublique a énuméré les 18 points de revendications de l’année scolaire et syndicale 2017-2018, toujours en attente de résolution.

Il s’agit notamment de la réhabilitation des enseignants syndiqués affectés, mutés et sous le coup des sanctions disciplinaires pour le fait de grève ; l’annulation de l’approche par compétences ; l’annulation de réforme sur l’harmonisation des coefficients au secondaire mis en place l’année scolaire 2016-2017 ; réfection de l’existant ; construction d’établissements pré-primaire, primaire et secondaire ; paiement de la Pife 2015 ; adoption du projet de décret revalorisant le taux de vacations aux examens et concours de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle et de la Jeunesse et Sport ; paiement des rappels de solde.

Or, la non satisfaction de ces différents points a fortement perturbé l’année scolaire 2016-2017. Si les partenaires de l’éducation peuvent craindre pour l’effectivité de la rentrée scolaire, du côté du ministère de l’Éducation nationale, la sérénité et l’assurance d’une année scolaire apaisée seraient garanties. La perspective d’une trêve sociale participerait à entretenir l’espoir d’une accalmie dans l’école gabonaise.