Le gouvernement envisagerait de payer les arriérés de primes pour le compte des mois d’août et septembre, sur la base du nouveau mécanisme de paiement, avant la mise en place d’un comité bipartite prévu à cet effet.

L’intersyndical rejet le paiement des primes en fonction du nouveau mécanisme. © Gabonreview

 

Le gouvernement tenterait-il de duper les agents membres de l’aile dite modérée de l’intersyndicale des régies financières et administrations assimilées ? C’est du moins ce que suggère fortement la correspondance du président de ce regroupement, Jean Didier Mbatchi Bayonne, adressée aux ministres du Budget, de l’Économie et du Pétrole.

En effet, selon le président de l’intersyndicale, le 27 septembre 2017, un protocole d’accord avait été signé avec le gouvernement, en vue de mettre en place un nouveau mécanisme de paiement des primes. Ce protocole prévoit la mise en place d’un comité bipartite pour déterminer les niches de recette et les taux de répartition.

Mais, contre toute attente, le gouvernement aurait décidé d’implémenter le nouveau mécanisme de paiement, dès le 10 octobre, en violation du protocole d’entente et de trêve sociale signé entre les deux parties. Cette trêve d’une durée de 3 ans interdit aux syndicats d’engager des mouvements de grève pour quelque raison que ce soit.

«L’intersyndicale est ainsi surprise de constater que de manière unilatérale, le gouvernement envisage de payer le 10 octobre 2017, les primes pour le compte du mois d’août et septembre 2017 sans avoir mis en place le comité bipartite», s’étonne Jean Didier Mbatchi Bayonne, rejetant avec la «plus grande énergie cette manière cavalière de procéder au paiement», a-t-il signifié au nom de l’intersyndicale.

Pour quel intérêt le gouvernement se sentirait-il obliger de précipiter les choses, au risque de finir par exaspérer les membres de l’aile dite modérée de l’intersyndicale des régies financières et administrations assimilées ? Mesure-t-il les risques d’une telle action ?