L’humoriste ivoirien, ancien candidat à la présidentielle ivoirienne de 2011, a demandé aux Gabonais, le 25 septembre 2016 à Dakar, de prendre leurs responsabilités et de revendiquer ce qui leur revient de droit, afin que le Gabon soit un Gabon qui appartient à tous les Gabonais.

Adama Dahico. © D.R.

Adama Dahico. © D.R.

 

La communauté gabonaise du Sénégal a vécu, à l’occasion de la clôture la 3e édition du festival «Ciné droit libre», à la Maison de la culture Douta Seck à Dakar, des moments intenses de communion où l’humain en général, et le peuple gabonais en particulier a été défendu, ses droits et sa dignité exaltés. Les artistes, dans la diversité de leurs expressions, ont porté un message universel. Avec son humour sociopolitique, l’humoriste ivoirien Adama Dahico a égayé le public. Cheikh Lô, Didier Awadi et Adé Bantu, artiste nigérian, accompagnés de jeunes musiciens et la communauté gabonaise en ont rajouté une couche.

«L’humour ne doit pas seulement être un acte de divertissement mais aussi un acte de dénonciation afin de conscientiser ceux qui nous suivent», a déclaré Adé Bantu, saluant les mémoires de toutes les victimes tombées en revendiquant le respect de leur droit de vote, le respect du choix qu’ils ont opéré et qui, malheureusement, auraient été violé par la proclamation de résultats autres que ce qui serait la vérité. «C’est triste, parce que l’Afrique a besoin de se développer. Et nous avons besoin de dirigeants qui soient vraiment choisis par le peuple et le vrai peuple», a indiqué Adama Dahico, fustigeant la décision de la Cour constitution en faveur de la réélection controversée d’Ali Bongo Ondimba.

Pour l’ancien candidat, à l’élection présidentielle ivoirienne de 2011, l’appel au dialogue national du président Ali Bongo Ondimba n’est qu’un simulacre visant à détourner le peuple et les leaders politiques de l’opposition, de la vraie revendication, notamment «le respect du choix» exprimé par les Gabonais, le 27 août 2016, dans les urnes. «Ali Bongo appelle tous ceux qui ont été candidats à venir le rejoindre pour gouverner le Gabon, ce n’est pas de ça qu’il s’agit. Il s’agit de dire réellement ce qui s’est passé dans les urnes afin que la vérité se manifeste et que le peuple sache réellement ce qui s’est passé. Mais, malheureusement ça n’a pas été le cas», a déclaré Adama Dahico, encourageant les Gabonais à prendre leurs responsabilités et à revendiquer ce qui leur revient de droit, afin que le Gabon, soit un Gabon qui appartient à tous les Gabonais.