Le rapport d’exécution budgétaire pour le compte du troisième trimestre 2018 révèle une amélioration des recettes de l’Etat, par rapport à la même période en 2017, avec une augmentation de plus de 141,2 milliards de francs CFA.

Les recettes budgétaires augmentent de plus de 141,2 milliards de francs CFA au troisième trimestre 2018. © Gabonreview

 

Les recettes de l’Etat ont connu un niveau de croissance de 1 334,7 milliards de francs CFA, comparativement au taux réalisé au troisième trimestre de l’année 2017 avec un montant de 1 193,5 milliards francs CFA. «L’Etat a réalisé un bon de plus de 141,2 milliards, soit 12%», souligne le rapport d’exécution budgétaire pour le compte du troisième trimestre 2018, présenté par le ministre du Budget et des Comptes publics.

Selon le document, en fin septembre 2018, le montant des recettes fiscales s’est fixé à 770,2 milliards de francs CFA (y compris les recettes affectées), soit 63% de réalisation par rapport aux prévisions de la loi de finances rectificative (LFR), fixés à 1 212,9 milliards de francs CFA. Soit une augmentation de 106,9 milliards francs, comparativement au troisième trimestre 2017 avec 1106 milliards de francs CFA.

S’agissant des taxes sur les entreprises pétrolières, le rapport souligne qu’elles ont été exécutées à 75,9 milliards de francs contre 28,4 milliards à fin septembre 2017 ; alors que les prévisions avaient tablé sur 51,9 milliards de FCFA. Cette embellie est attribuée aux «recettes exceptionnelles réalisées par les opérateurs du secteur. A la fin du mois de septembre dernier, 160,9 milliards FCFA ont été récoltés par le biais de l’impôt sur les sociétés du secteur hors pétrole. Soit 72,2% de la prévision révisée».

Le secteur douanier a pour sa part permis d’engranger 189,8 milliards FCFA, soit une hausse des encaissements de 7,2 milliards de francs CFA, comparativement à septembre 2017. Le ministère du Budget et des Comptes publics justifie cette croissance par un accroissement des importations taxées et par des régularisations exceptionnelles des droits de sortie du manganèse.

Quant aux recettes non-fiscales, elles ont permis de recouvrer 539,3 milliards FCFA. Ce qui représente une hausse de 49,8 milliards de francs comparativement aux recettes réalisées en 2017.