La Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré) a été agréée à pratiquer les opérations de réassurance dans tous les pays de la Zone Cima. Cette autorisation a été délivrée par la Commission régionale de contrôle des assurances, au terme de sa 91e session ordinaire tenue du 23 au 28 avril dernier au Bénin.

Le siège social de la Société commerciale gabonaise de réassurance, à Libreville. © Gabonreview

 

La Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré) pourra désormais proposer ses opérations de réassurance dans tous les pays de la zone de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (Cima). La société d’assurance de droit gabonais a, en effet, annoncé le 23 mai 2018, avoir obtenu un agrément pour l’ensemble de ces opérations de la Commission régionale de contrôle des assurances (CRCA).

Au terme de sa délibération, le 22 mai, la CRCA a agréé la SCG-Ré dans les opérations de réassurance dans tous les pays de la zone CIMA. Les dirigeants de l’entreprise ont donc été agréés ainsi que suit : Edouard-Pierre Valentin en qualité de PCA de la SCG-Ré ; Crépin Magloire Andrew Gwodog en qualité de directeur général de la SCG-Ré ; Judicaël Mawi en qualité de directeur général adjoint de la SCG-Ré ; et le cabinet New Ace Baker Tilly, représenté par Franck Ange Sima Mba, en qualité de co-commissaire aux comptes de la SCG-Ré.

Pour la filiale du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), il s’agit de se conformer aux dispositions du livre VIII du Code des assurances de la Cima. En effet, pour délivrer l’agrément prévu à l’article 804, la CRCA vérifie que les conditions suivantes sont réunies : les moyens techniques et financiers dont la mise en œuvre est proposée sont suffisants et en adéquation avec le programme d’activités de l’entreprise, les dirigeants et administrateurs de l’entreprise remplissent les conditions d’honorabilité et possèdent, individuellement et collectivement, la compétence et l’expérience professionnelles nécessaires à leur fonction, la répartition du capital et la qualité de l’actionnariat garantissent une bonne et saine gestion, l’entreprise dispose des moyens humains et techniques nécessaires pour la mise en place d’un système d’information en adéquation avec les activités.