Le directeur général des Douanes gabonaises, Raymond Okongo, a effectué le 17 janvier 2018, une visite des installations du nouveau port d’Owendo. Une occasion au cours de laquelle le management de Gabon special economic zone (GSEZ) a mis en services les nouveaux locaux des douaniers de cet espace.

Raymond Okongo et revevant les clés des bureaux de douanes du NIOP, le 17 janvier 2018. © Gabonreview.

 

A la tête d’une forte délégation, Raymond Okongo a visité la toute nouvelle installation portuaire d’Owendo, baptisé «New Owendo International port» (NOIP). Ce déplacement a permis au directeur général des douanes, d’installer dans leurs nouveaux locaux, les douaniers devant exercer au sein de cette infrastructure.

Instantanées de la visites du NOIP. © Gabonreview.

«A l’issue de l’inauguration officielle de ce port par le chef de l’Etat, courant octobre dernier, un délai a été accordé aux responsables de la GSEZ (Gabon special economic zone, ndlr) pour apprêter l’infrastructure et installer par la suite les fonctions de douanes devant animer les procédures douanières au sein de ce port. C’est ce qui a été fait aujourd’hui avec la remise des clés des bureaux à la Douanes qui va désormais exercer pleinement dans ce pool», a expliqué le patron des Douanes gabonaises.

En faisant le tour de l’infrastructure, il a pu se rendre compte de la modernité de cet espace édifié par le groupe Olam, opérationnel depuis juin 2017 et présenté comme l’un des nouveaux terminaux de référence en Afrique. Le port est en effet géré par GSEZ Ports, en association avec le groupe Bolloré, à travers la Société des terminaux de conteneurs du Gabon (STCG), détenant déjà la concession du port à conteneurs.

Au-delà de la réception des locaux des douanes du NOIP et de la remise des parchemins aux agents formés et qui devront exercer dans cet espace, Raymond Okongo a assisté à la démonstration du camion scanner. «Un équipement doté de technologies de dernière génération, utilisant les rayons gamma, permettant le contrôle absolu des chargements et conteneurs entrant ou sortant du port», a expliqué un agent portuaire.

Il était également opportun pour la délégation d’Okongo d’échanger avec les responsables de la GSEZ Ports, afin de voir dans quelles mesures poser des actes supplémentaires afin d’arrimer cette structure aux standards douaniers et portuaires internationaux. D’où la réunion technique ayant permis d’apprécier les procédures, ainsi que les maillons faibles pouvant entraver le bon fonctionnement du port. «Il était question de faire le point des infrastructures, de l’implantation de l’administration douanières au niveau du port, d’apporter un certain nombre de réglages sur ce qu’il faut améliorer dans les prochains jours», a précisé M. Okongo, ajoutant que «l’administration des douanes a un rôle de premier plan dans ce dessein, et pour un port aussi important que le New Owendo international Port qui est appelé à jouer un rôle majeur dans le développement économique du Gabon, elle doit être performante tant dans le contrôle avant dédouanement, que dans l’accompagnement aux usagers de ses services».