Les nombreuses messes basses entre Jean Ping et Séraphin Akuré Davain, lors des obsèques de Daniel Kombé Lékambo à Mbigou, ont suscité bien d’interrogations.

Jean Ping et Séraphin Akuré Davain (casquette) aux obsèques de Kombé Lékambo à Mbigou. © Gabonreview

Jean Ping et Séraphin Akuré Davain (casquette) aux obsèques de Kombé Lékambo à Mbigou. © Gabonreview

 

Le Dr Akuré Davain, président de l’Alliance pour le nouveau Gabon (ANG), a fait le déplacement de Mbigou, le vendredi 26 juin dernier, en vue de prendre part aux obsèques de Daniel Kombé Lékambo, ancien leader syndical (Education nationale), ancien député et membre de l’Union nationale, et de son oncle, Camille Milamba, ancien gendarme à la retraite, décédés le 21 juin 2105 à la suite d’un accident de la circulation, sur l’axe Malinga-Mbigou. Outre les liens d’amitié qui lient ce chirurgien à la famille des disparus, le président de l’ANG a tenu à rendre un hommage mérité à Daniel Kombé Lékambo, à travers sa présence sur les lieux de l’inhumation.

Pendant et en marge de ces obsèques, le Dr Akuré-Davain a rencontré Jean Ping avec qui il a longuement échangé à de nombreuses reprises. Mais la teneur de leurs différents entretiens n’a pas filtré. Il se murmure donc dans l’entourage de l’un d’entre eux que ces entretiens tourneraient autour de l’élection présidentielle de 2016, un scrutin pour Jean Ping a déjà été préféré par Jean Eyegue Ndong le vice-président de l’Union nationale et président du groupe parlementaire Front uni de l’opposition au Sénat, lors d’une récente déclaration à la Chambre de commerce de Libreville. De même, le président de l’Union pour le progrès et la liberté (UPL), Pierre Amougue Mba, lors d’un meeting le 13 juin dernier à Nzeng Ayong et Charles Ondo Ndong, le président de Cause commune pour le développement du Gabon (CCDG), à la clôture du congrès de cette formation politique il y a quelques mois, ont annoncé avoir jeté leur dévolu sur Jean Ping, comme candidat unique de l’opposition.

Il reste toutefois que ce que sont dit l’ancien président de la commission de l’Union africaine et le médecin reste du domaine des suppositions puisque, dans une interview accordée au quotidien L’Union le 13 juin dernier, Akuré Davain proposait l’organisation des élections primaires ou un consensus pour la désignation du candidat unique de l’opposition. Dans le même entretien, il soulevait un problème technique concernant la transparence électorale. Principalement l’introduction de la biométrie intégrale dans le système électoral. Par ailleurs, lors de sa conférence du 22 janvier de cette année, le Dr Akuré Davain avait appelé à une modification de la Constitution devant ramener le scrutin présidentiel à deux tours ainsi que la limitation du nombre de mandats à deux.

Vont-ils d’abord se battre pour la transparente électorale avant de parler de candidature unique de l’opposition ?, La candidature unique de l’opposition est-elle leur préoccupation du moment ? Tissent-ils déjà un accord secret pour faire un bloc commun ? Autant de questions que nombreux se sont posés à l’enterrement de Daniel Kombé Lékambo. Seul l’avenir y apportera des réponses précises.