Pour assurer la protection de ses ressources naturelles, l’Etat gabonais mise sur la technologie américaine. La société de surveillance et de renseignement MDA a récemment été contactée par la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA) pour le marché.

Le Gabon veut renforcer la surveillance de ses ressources naturelles. © CIRCAET

 

La MDA (McDonnell Detwiller Associates Information Systems LLC), la société du groupe Maxar Technologies pourrait décrocher le marché de la protection des ressources du Gabon. Le pays envisage, en effet, de confier la surveillance de ses ressources naturelles (ressources halieutiques, faune et flore) à un expert du domaine. Or, la société américaine est spécialisée dans les communications, la surveillance et le renseignement. Informée, la NGA a transmis, le 21 février, un «avis de sollicitation et de négociation» à l’adresse de la MDA, rapporte le blog Lignes de défense du journaliste Philippe Chapleau.

«Le but de cette acquisition est d’acquérir l’information prête à l’emploi de Multi-Source d’information de MDA, pour répondre aux questions clés concernant la pêche illégale, le suivi illégal de la faune et l’exploitation (forestière) illégale au Gabon», lit-on dans le billet diffusé par l’agence américaine, qui précise que la sollicitation du Gabon est à considérer comme «un projet pilote de recherche qui informera le Système national de renseignement géospatial».

Ces dernières années, les Etats-Unis ont particulièrement soutenu les efforts du Gabon dans sa lutte contre le braconnage. En 2015, la Maison Blanche avait annoncé une enveloppe annuelle de 7 millions de dollars sur 5 ans, visant à aider le Gabon à protéger les éléphants. Dans le cadre de la National Strategy for Combating Wildlife Trafficking, la Maison Blanche a également permis, depuis 2014, la formation des écogardes gabonais. Le contrat proposé par le vise un projet plus vaste, en cela qu’il s’intéresse à la protection de toutes les ressources naturelles dont regorge le pays.