La Chine vient d’achever son premier projet de prospection en mer, sur une surface de plus de 10 000 kilomètres carrés incluant le Gabon.

Le navire de prospection de la China Oilfield services. © Courtesy of COSL

 

Selon le site Internet People.cn qui relaie le 17 juillet 2017 cette information, le projet a été mené au Gabon par la China Oilfield Services Limited (COSL), après l’achèvement d’un programme de prospection géophysique de plus de 5 400 kilomètres carrés à Barents en 2016.

Les deux programmes visaient à créer des images 3D sismiques. Les services consécutifs des navires de prospection ont, de ce fait, démontré leur capacité à travailler dans des conditions climatiques extrêmes. Les résultats de ces prospections montrent, selon People.cn, l’image structurelle des fonds marins et contribuent à ouvrir la voie au développement des réserves de pétrole en mer.

La China Oilfield Services Limited a passé cinq mois sur le projet au Gabon. Une période présentée comme le temps d’arpentage le plus long, jamais accompli pour les navires chinois pour de telles missions. En conséquence, les navires ont pu cartographier 89,1 kilomètres carrés à la fois, avec 12 câbles s’étendant sur 8 000 mètres sous la mer. Le plus grand secteur étudié en une journée étant de 116,14 kilomètres carrés.

Selon le président-directeur général de la China Oilfield, Qi Meisheng, l’achèvement du projet à l’équateur a prouvé que la Chine est capable de soutenir l’industrie pétrolière, à un moment où l’initiative Belt and Road va progressivement à l’action. Cette initiative vise à promouvoir le développement économique et à construire de solides infrastructures, notamment en Asie centrale en cherchant également à promouvoir la coopération internationale au moment où les Etats-Unis se replient sur eux-mêmes avec l’America First.