La journée internationale de l’architecture est célébrée ce 1er octobre sous le thème : «l’architecture pour un monde meilleur». À cette occasion, l’ordre gabonais des architectes (OGA) s’est engagé à accompagner les Gabonais dans le suivi, le contrôle et l’implémentation de leurs projets de construction.

Le président de l’Ordre gabonais des architectes, Jean Joel Mebaley lors de la déclaration marquant célébration de la journée internationale de l’architecture, Libreville le 1er octobre 2018.© Gabonreview

 

L’ordre gabonais des architectes (OGA) souhaite participer activement à l’œuvre de la construction nationale. La structure présidée par Jean Joel Mabeley l’a fait savoir à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’architecture, le 1er octobre, sous le thème «l’architecture pour un monde meilleur».

Si cette journée leur a permis de mettre en lumière le fonctionnement de l’OGA et ses offres de service, les architectes se disent disposés à accompagner les populations, les promoteurs institutionnels privés et publics dans la préparation, le suivi, l’implantation et l’évaluation des projets d’acquisition des logements décents.

«Dans chaque activité de la vie d’un homme pour la quête du bien-être, il y a un architecte. C’est pour cela que nous invitons les populations à consulter ou interroger les architectes. Parce que c’est nous qui avons de l’expertise. Nous sommes disposés à aider les Gabonais à acquérir un cadre de vie décent, à travers des projets d’ensemble», a déclaré Jean Joel Mebaley.

Les architectes ont fait un appel du pied aux autorités gabonaises. Ils souhaitent être associés plus qu’avant aux différents projets d’infrastructures financés par l’Etat. Le message est limpide : «consultez désormais les architectes avant de bâtir des ouvrages publics. Parce que seuls les architectes peuvent mettre en place des projets de cadre de vie selon les normes appropriées». «Cela éviterait de catastrophes marquées par des effondrements des bâtiments et des édifices publics observés dans le pays», a déclaré Jean Joel Mebaley.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga