Alors que le Gabon se débat pour relancer son économie et favoriser les investissements, sa production pétrolière a enregistré une chute de 10,7% au terme du premier trimestre 2018 pour s’établir à 2,4 millions de tonnes, soit 17,41 millions de baril.

La production pétrolière nationale baisse de 10% en fin mars 2018. © D.R.

 

Si le poids de pétrole reste prépondérant dans l’économie du Gabon, la production pétrolière elle ne cesse de décroitre. Selon la note de conjoncture du ministère de l’Économie, la production pétrolière nationale a enregistré une baisse de 10,7% pour s’établir à 2,4 millions de tonnes, soit 17,41 millions de baril en fin mars 2018.

Trois facteurs expliquent cette chute : la dégradation naturelle des champs matures, le maintien des quotas de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et les arrêts pour travaux de maintenance des puits de pétrole.

Toutefois, selon le ministère, les exportations ont progressé de 3,2% à 2,39 millions de tonnes métriques. Les principales destinations du brut gabonais, à hauteur de 82%, sont les économies de l’Asie et du Pacifique.

Malgré ces exportations, les recettes sont en baisse de 24,7% en glissement annuel. Elles se situent à 95 milliards de francs CFA au 31 mars 2018 contre 126,2 milliards de francs CFA en 2017. Sur une prévision annuelle révisée à 698,3 milliards de francs CFA, 13,6% des recettes pétrolières ont été collectées au premier trimestre, indique le document.