En vue de l’exploitation de gisement d’or du district d’Etéké, dans la province de la Ngounié, la société Managem Gabon a organisé dernièrement une consultation publique dans le cadre de l’étude d’impact environnemental et social (EIES).

© Gabonreview/Shutterstock

 

La société marocaine, Managem Gabon, a organisé une consultation publique en vue de présenter le projet d’exploitation d’or à Etéké, édifier les parties prenantes sur les étapes des EIES réalisées et recueillir les avis des populations potentiellement impactées par ce projet concernant trois gisements : Dongo, Dondo-Mobi et Ovala.

Présidée par le gouverneur de la province de la Ngounié, Benjamin Nzigou, la réunion à laquelle assistaient les autorités locales et les administrations concernées a permis d’évaluer les avancées de ce dossier. Au cours des échanges, selon Directinfosgabon, il a été convenu de l’adoption d’un cahier de charges. Les discussions se feront au sein d’une commission technique à mettre en place, conformément aux dispositions légales. Il est également prévu la mise en place, dans le nouveau Code minier, d’un fonds et d’un Comité de gestion pour le développement des actions sociétales.

Sur ce gisement, une réserve de neuf (9) tonnes d’or a été mis en évidence dont 1,5 sur le gisement d’Ovala et 8,7 tonnes repartis de manière presque égale, l’essentiel se trouvant entre Dongo et Dondo-Mobi. Directinfosgabon assure que l’étude de faisabilité, en cours, prévoit une production de  262 000 onces, soit l’équivalent de ces 8,7 tonnes.

L’exploitation de ces gisements devrait permettre la création d’au moins 150 emplois qui passeront par la suite à environ 250 emplois directs et indirects. De même, la société Managem assure qu’elle mettra tout en œuvre pour une exploitation tenant compte de l’impact sur l’environnement. Peu de produits chimiques seront utilisés. Ce qui implique que l’utilisation du cyanure a été proscrite.

A noter que 85% seront chauffés de lingot et 15 % seront en forme de concentré.