Deux semaines après une nouvelle hausse du prix des produits pétroliers, l’Organisation des consommateurs du Gabon (OCG) accuse l’administration des hydrocarbures de ne pas avoir communiqué suffisamment sur la destination des contributions des consommateurs.

Ibrahim Tsendjiet-Mboulou, président de l’OCG, en mars 2017 sur Gabon 24. © Gabonreview/capture d’écran

 

La hausse du prix des produits pétroliers intervenue le 1er juin dernier a été «un grand choc» pour l’OCG, qui dit l’avoir «accueillie avec la plus grande stupéfaction». Mais ce qui semble avoir surpris l’organisation présidée par Ibrahim Tsendjiet-Mboulou, c’est le peu de communication de l’administration publique sur la destination de l’argent issu de cette augmentation.

Pour l’OCG, «il est urgent que la lumière soit faite sur la destination des contributions des consommateurs à chaque fois qu’une bouteille de gaz est payée ou qu’un litre d’essence est consommé». Or, l’annonce des autorités, faite la veille de cette nouvelle augmentation des produits pétroliers a été jugé peu satisfaisante. L’entretien accordé au quotidien L’Union par le directeur général des Hydrocarbures, le 2 juin, n’a pas non plus eu un écho favorable auprès de l’organisation.

Dans un communiqué rendu public, ce jeudi 14 juin, «l’OCG déplore la faiblesse, la forte insuffisance de l’administration des hydrocarbures à communiquer sur une question aussi sensible, qui touche la vie des populations au quotidien».

S’agissant de la hausse du prix de la bouteille de gaz butane (de 5 450 F CFA à 5 950 F CFA) et du litre de pétrole lampant (de 375 F CFA à 425 F CFA), Ibrahim Tsendjiet-Mboulou assure que «le président de la République qui est à l’écoute de la population ne peut pas l’accepter (d’autant que) les principaux utilisateurs sont dans les zones reculées du pays».

Fâchée de ce qu’il n’ait pas officiellement pris la parole sur le sujet de cette augmentation du prix des produits pétroliers, l’OCG dit avoir sollicité une audience avec le ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, Pascal Houangni Ambourouet. Cette audience entre dans le «plan d’action» mis en place par l’organisation et ses partenaires.