La réunion de haut niveau tenue du 21 au 23 août à Brazzaville par les délégués des Etats membres de la Conférence interafricaine de la prévoyance sociale (Cipres), a débouché sur l’allocation de 300 milliards de francs CFA au Fonds d’investissement africain (FIA).

 Scène de la réunion sur la FIA tenue à Brazzaville (archive). © adiac.congo.com

 

300 milliards de francs CFA, tel est le montant alloué au Fonds d’investissement africain (FIA) par les Etas membres de la Conférence interafricaine de la prévoyance sociale (Cipres).

A la suite de la rencontre de haut niveau tenue à Brazzaville, dans l’objectif de cerner les objectifs, les modalités de mise en œuvre du FIA, les représentants des Etats membres de la Cipres ont décidé de consacrer 300 milliards de francs CFA pour le financement de ce fonds.

Cette ressource financière permettra, selon le président de la commission de suivi de la Cipres, de «rentabiliser les réserves des organismes de sécurité sociale dans les Etats membres de la Cipres et sera ravitaillé par les organismes ayant une trésorerie dans les banques», a expliqué Cheikh Tidiane Tounkara.

A cet égard, a précisé Cheikh Tidiane Tounkara, «les organismes de sécurité sociale créeront une banque et éventuellement une société d’assurance qui puissent optimiser les fonds qui n’appartiennent pas en réalité aux organismes mais aux assurés, en vue de toujours améliorer la couverture sociale».

Pour sa part, le directeur de cabinet du ministre congolais du Travail et de la sécurité sociale a estimé «qu’à tout point de vue, le FIA donnera indubitablement à notre espace géographique les chances de redynamisation et de diversification de nos économies, fragilisées par une crise financière sans précédent», a déclaré Frédéric Manienze.

Le projet de création du FIA étant acté, il revient à chaque Etat membre de la Cipres de manifester son intérêt, en indiquant le montant des apports qu’il est disposé à investir. Le fonds sera mis en œuvre après l’approbation des modalités pratiques de mise en place, proposées aux ministres de tutelle.

Selon Cheikh Tidiane Tounkara, «le coût de l’entrée en fonctionnement effectif du FIA devra être intégré au budget du secrétariat exécutif de la Cipres qui sera examiné en décembre prochain à Dakar au Sénégal».

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga