L’atelier  sous-régional organisé par l’Unoca et la CEEAC sur le thème «Renforcement de la coopération entre la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale et la société civile en matière d’alerte précoce et de prévention des conflits en Afrique centrale», s’est achevé le 1eraoût avec plusieurs recommandations.

Les responsables des organisations de la société civils des Etas de l’Afrique centrale lors des travaux de formulation des recommandations à la CEEAC et à l’Unoca. Libreville le 1er Aout 2017. © Gabonreview

 

Démarré le 31 juillet à Libreville, l’atelier sous-régional pour le renforcement des capacités de la société civile des Etats l’Afrique centrale, en matière d’alerte précoce et la prévention des conflits, s’est achevé le 1er août à Libreville.

Axé sur la formulation des propositions concrètes en matière d’alerte et de prévention de conflits en Afrique centrale, cet atelier a permis aux responsables des organisations de la société civile (OSC) d’émettreplusieurs recommandations, à l’endroit de la CEEAC, de l’Unoca et des partenaires au développement.

© Gabonreview

Les participants ont entre autres suggéré à la CEEAC et à l’Unoca d’élaborer un plan d’action, avec les indications de progrès civils sur les prochaines étapes, avec l’appui et la participation des organisations de la société civile.

Ils ont également pris l’engagement de répertorier dans les Etats membres respectifs de la CEEAC, les organisations de la société civile ayant les compétences requises et les aptitudes nécessaires à œuvrer dans le secteur de l’alerte précoce, y compris sur l’orientation stratégique.

Toutes ces recommandations devraient, selon la présidente du Réseau des femmes actives de l’Afrique centrale (Refac), Danielle Nlatte, être mises en application dès le mois de novembre 2017.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga