A l’occasion de la célébration de la journée internationale de la prévention des catastrophes, le 13 octobre, le gouvernement gabonais a invité l’ensemble des acteurs à s’impliquer pour une prévention efficace face aux catastrophes.

Le gouvernement se dit déterminer à réduire l’impact des catastrophes sur les populations. © D.R.

 

A la faveur de la journée internationale de la prévention des catastrophes, célébrée le 13 octobre, le ministre de l’Intérieur a réaffirmé la volonté du gouvernement de parvenir à renforcer «au bénéfice de toute personne les mesures de prévention des catastrophes garantissant la protection de son intégrité physique et de son patrimoine et capable d’opposer un niveau adéquat de résilience face aux catastrophes».

Cette année, la journée a été célébrée sous le thème : «Jamais aussi bien que chez soi : Réduire l’exposition aux risques et les déplacements forcées». Pour le ministre de l’Intérieur, cette journée doit marquer une implication singulière face au sinistre. Lambert Matha a dit compter sur la collaboration des «autorités publiques nationales et locales, le secteur privé commercial, agricole et industriel, les organisations non gouvernementales et les individus, quant à notre responsabilité commune de prévention face aux risques de catastrophes et de contribution efficace face aux situations d’urgence».

Entre 2016 et 2017, le Gabon a enregistré un total de 2129 familles sinistrées, dont 1916 victimes de catastrophes naturelles. 1469 familles ont été recensées dans les seules communes de Libreville et d’Akanda. Le patron de la sécurité intérieure a espéré une réduction de l’impact des catastrophes sur la sécurité des populations gabonaises.

Dans ce sens, Lambert Matha a mis en avant les travaux entrepris dans les bassins versants, destinés à une meilleure canalisation des eaux de pluies responsables d’inondations récurrentes. En phase de construction dans les 3e et 6e arrondissements de Libreville, notamment, ces infrastructures devraient dispenser les populations du sinistre dû aux eaux de pluie.

Auteur : Alain Mouanda