Alors que l’opposition et le pouvoir se rejettent la responsabilité des dernières violences postélectorales, le vice-Premier ministre en charge de l’Habitat a tranché dans le vif, dans une récente interview à Africa N°1 : «Le monde doit savoir que les violences ont été préparées par l’opposition, dont Jean Ping».

Bruno Ben Moubamba. © Jérôme Senyarich-Edot

 

Bruno Ben Moubamba va-t-il s’attirer les foudres de l’opposition? Certainement, si l’on tient compte de sa dernière interview à la radio panafricaine Africa N°1. Le 30 juin dernier en effet, le vice-Premier ministre en charge de l’Habitat n’y est pas allé de main morte: «Les grands opposants qui se sont présentés aux élections avaient un plan de violences. Moi-même j’ai failli être associé à cela. Raison pour laquelle je me suis retiré et que je n’ai pas soutenu le candidat unique puisqu’un plan de violences était prévu».

Et Bruno Ben Moubamba de soutenir, en effet, que Jean Ping et quelques-uns de ses collaborateurs avaient un plan de violences. «Je ne voulais pas m’associer à ce genre de choses. Si les gens sont morts au Gabon, c’est aussi en partie de la faute de la manipulation d’une certaine opposition qui a laissé penser que ça y est, on allait arriver à cette chose, Ali Bongo allait partir», a-t-il déclaré.

Plongé dans le bain de la dernière élection présidentielle, l’ancien candidat croit savoir comment ces violences ont été préparées. «J’ai eu l’occasion d’en savoir énormément», a-t-il souligné avant d’affirmer: «C’est-à-dire que des jeunes ont été drogués avec du chanvre. On leur a proposé de l’argent».

«On pouvait brûler, détruire des édifices alors que ce n’était qu’un sacrifice de générations ou de jeunes parce que les forces de l’ordre ont réagi brutalement. Les responsabilités sont partagées», a encore ajouté Bruno Ben Moubamba, insistant une nouvelle fois sur son auto-retrait de ces manœuvres. «Moi-même j’aurais pu être manipulé dans un schéma de violences. Sauf que j’ai eu plus de lucidité», a-t-il conclu.

Si l’opposition et le principal concerné ne se sont pas encore prononcés sur cette sortie du membre du gouvernement, cette interview est d’ores et déjà vivement commentée au sein de l’opposition. Pour beaucoup, en effet, Bruno Ben Moubamba cherche simplement à redorer son blason au sein du gouvernement, après ses virulentes déclarations contre le parti au pouvoir, suite au rejet par l’Assemblée nationale, de l’ordonnance fixant son «nouvel ordre urbanistique».

Par ailleurs, la sortie de Bruno Ben Moubamba est intervenue quelques jours après l’annonce d’une juge d’instruction française d’enquêter sur d’éventuels crimes contre l’humanité perpétrés lors des violences postélectorales au Gabon, après la victoire controversée d’Ali Bongo à la présidentielle de 2016.