Alors que son administration est accusée de n’œuvrer qu’au profit du pouvoir, le ministre de la Défense nationale a appelé les responsables politiques au respect de la neutralité politique des militaires, tout en dénonçant «l’utilisation abusive des militaires». 

Mathias Otounga Ossibadjouo, ministre de la Défense nationale. © gabonexpression.com

Mathias Otounga Ossibadjouo, ministre de la Défense nationale. © gabonexpression.com

 

Profitant de la deuxième phase du ravitaillement en matériel des éléments de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations-unies en République centrafricaine (Minusca), intervenue le 25 avril dernier au camp Baraka à Libreville, le ministre de la Défense nationale est sorti de sa réserve. Si son administration est accusée de ne s’exécuter que lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts du régime, livrant parfois la population à l’insécurité, Mathias Otounga Ossibadjouo a vivement nié ce jugement, estimant que les militaires sont tenus à la neutralité politique, parce qu’au service de la nation et non d’un quelconque idéal politique.

Le ministre de la Défense nationale en a profité pour rappeler leur engagement aux troupes, invitant les responsables politiques à ne pas instrumentaliser la force publique dont «le professionnalisme» fait l’honneur et la fierté du pays, notamment en Centrafrique où le bataillon gabonais a été choisi pour assurer la sécurité de la ville de Bangui lors de l’investiture du nouveau président. «Nous n’avons aucun lien avec les problèmes électoraux et nous souhaitons ne pas en avoir», a lancé Mathias Otounga Ossibadjouo, disant ne faire intervenir la force publique que lorsque des exactions sont constatées. «Je voudrais dire aux citoyens gabonais que nous n’avons rien à voir avec le processus électoral, et si j’ai une supplique à faire, c’est de demander que les militaires soient préservés des petites discussions politiciennes, parce que ces derniers temps, je constate l’utilisation abusive des militaires dans des considérations politiques. Autant nous disons aux militaires qu’ils doivent rester en dehors de la politique, autant nous disons aux politiciens qu’ils doivent laisser les militaires travailler tranquillement», a-t-il lancé, avant d’assurer que les récents achats et livraisons d’armes de guerre étaient destinés au contingent en partance pour la RCA dans le cadre de la Minusca.