Face à la déliquescence dans laquelle se trouve actuellement le football gabonais et conscient de l’enjeu que représente le football, Mamadou Oumar a décidé de se porter candidat à la présidence du comité exécutif de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot), dont l’élection est prévue en mars prochain.

© hvfc.net

 

Prévue en mars prochain, l’élection du président du comité exécutif de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) a enregistré une nouvelle candidature. Il s’agit de celle de Mamadou Oumar, ancien vice-président de la Fégafoot sous l’ère Engandzas. «Malgré la forte implication des pouvoirs publics, force est de constater, en toute objectivité, que les résultats sont bien loin d’être à la hauteur des sacrifices consentis par l’Etat et l’espoir qui pouvait raisonnablement être permis», a déploré Mamadou Oumar.

Il entend mettre son expérience au service du football gabonais à travers son programme d’action qu’il compte rendre public prochainement. Diplômé notamment en sciences et techniques des activités physiques et sportives, Mamadou Oumar a occupé plusieurs postes au ministère de la Jeunesse et des Sports. Une pratique administrative éclairée par une expérience de terrain, en qualité de vice-président de la Fégafoot, chargé des équipes nationales.

Mamadou Oumar, candidat à la présidence de la Fegafoot. © D.R.

«C’est à la lumière de cette expérience acquise au fil des années et au contact des réalités, qu’il m’a été donné d’apprécier le chemin à parcourir pour hisser notre football au firmament du football continental et mondial», a déclaré Mamadou Oumar. Un horizon dont l’itinéraire s’appuiera sur des acquis non négligeables. Notamment, des infrastructures sportives de qualité, découlant des éditions 2012 et 2017 de la Coupe d’Afrique des nations (Can).

Il s’appuiera aussi sur les efforts financiers consentis par le gouvernement pour accompagner les activités de la Fegafoot et de la Ligue nationale de football professionnel (Linafp). «La combinaison de ces efforts avec l’arrivée d’une nouvelle équipe à la tête de la Fégafoot en 2013, à laquelle des moyens substantiels ont été mis à disposition, avaient permis de faire rêver nos compatriotes qui voyaient notre pays le Gabon faire un bond qualitatif dans le concert des grandes nations sportives du continent», a analysé le Mamadou Oumar. Une implication des pouvoirs publics dont les résultats n’ont malheureusement pas été au rendez-vous.

«En effet, nous avons plutôt vu nos différentes équipes nationales sorties précocement de la plupart des compétitions internationales auxquelles nous étions engagés. Dans le même temps, aucune politique visant à l’amélioration de la situation, n’est perceptible, d’autant que ni le football des jeunes, ni le football féminin, qui permettent, l’un, d’assurer la relève, et l’autre de garantir le rayonnement de la femme sportive n’ont été conduits de manière satisfaisante», a déploré le candidat à la présidence de la Fegafoot. Autant de constats ayant motivé la candidature de Mamadou Oumar, en vue de «proposer une autre offre pour le renouveau de notre football».