Créée en 2010, dans l’objectif de fournir au Gabon un outil de géomatique et de télédétection, l’Agence d’études et d’observation spatiales (Ageos) devrait être officiellement lancée le 23 mai prochain.

Etienne Massard (ext. gauche), à la réunion de lancement de la fourniture de l'antenne Ageos. © ageos.ga

Etienne Massard (ext. gauche), à la réunion de lancement de la fourniture de l’antenne Ageos. © ageos.ga

 

Créée le 25 février 2010, l’Agence gabonaise d’études et d’observations spatiales (Ageos) est présentée comme «un établissement public à caractère scientifique, technologique et environnemental». Censée bénéficier du soutien de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et de l’Institut de recherche spatiale (INPE), elle a pour mission de «contribuer à la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière de collecte, d’analyse et de mise à disposition des données issues de l’observation spatiale du territoire national pour la gestion durable de l’environnement, des ressources naturelles, de l’occupation des sols, de l’aménagement du territoire ainsi que de la recherche et de l’innovation».

Si ce projet semblait avoir été relégué au dernier plan depuis plusieurs mois, l’Ageos devrait lancer officiellement ses activités le 23 mai prochain. Pour son directeur général, il s’agit de mettre en œuvre un meilleur suivi du couvert forestier national. Ainsi, des images précises, ainsi que des données sur les activités initiées dans l’espace forestier pourront être accessibles. L’Ageos apparaît, entre autres, comme un outil nécessaire à la lutte contre la déforestation, grâce au travail des satellites. Un outil qui, a indiqué Etienne Massard, bénéficiera à 23 autres pays du continent, situés dans un périmètre de 2 800 km à la ronde du Gabon.