Christian Nkolo-Ogandaga, candidat pour le compte du parti de Me Louis-Gaston Mayila aux législatives dans le 2e arrondissement de Port-Gentil a retiré sa candidature et appelle à voter pour Jean-Fidèle Otandault du PDG.

Candidat du PDG, Jean-Fidèle Otandault a reçu plusieurs soutiens de l’opposition dans le 2e arrondissement de Port-Gentil. © D.R.

 

© D.R.

Ayant été le dernier à faire son entrée en campagne électorale dans le 2e arrondissement de Port-Gentil, sans nul doute faute de moyens mis à sa contribution par son parti l’Union pour la nouvelle République (UPNR), Christian Nkolo-Ogandaga a fini par retirer sa candidature aux législatives. L’ex-représentant du parti de Me Louis-Gaston Mayila l’a annoncé dans la nuit du 4 au 5 octobre dans la capitale…pendant le discours de son adversaire Jean-Fidèle Otandault, le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG).

«M. Jean-Fidèle Otandault est un homme pragmatique : action, réaction. Il a posé des actes. Je demande donc aux jeunes, aux femmes, à tout le monde, le 6 octobre, de faire un vote massif pour (sa) candidature, pour une victoire cash au premier tour», a-t-il exhorté à l’endroit des électeurs de sa circonscription électorale. Sa décision, Christian Nkolo-Ogandaga l’a jugé «courageuse» et «difficile». Mais il a toutefois dit l’assumer entièrement, sans préciser si l’UPNR a eu une alliance officielle avec le PDG ou le candidat Otandault pour ce ralliement pour le moins surprenant.

© D.R.

S’il ne reste plus que 10 candidats face à lui, Jean-Fidèle Otandault n’est pas moins sûr de l’emporter. Ces derniers jours, le candidat du PDG a reçu plusieurs autres soutiens, issus particulièrement de l’opposition, y compris celle dite radicale, à l’instar de Jean Thomas Mbamba Koumba de la Coalition pour la nouvelle République (CNR). Hier jeudi au quartier dit Château, se sont également joint à la clôture de campagne d’Otandault ses anciens adversaires tels qu’Emiliana Remondo du PDS, Jean Firmin Rewele de l’UPL et Stenne Augustin Doupassou de EPI.

© D.R.

Lors de cette clôture de campagne, le candidat du PDG qui s’est présenté à ses potentiels électeurs comme «un homme d’action», a reconnu que ses initiatives, posées ces dernières années en faveur de sa circonscription, ne sont pas suffisantes. «Nous devons aller encore plus loin», a-t-il invité, promettant d’en faire davantage s’il est élu. Jean-Fidèle Otandault a notamment promis de s’attaquer à l’éclairage public «pour que les gens ne soient plus attaquées la nuit dans des rues non éclairées» ; à l’éducation «pour qu’il y ait plus d’écoles dans certaines zones» ; à l’accès à l’eau potable «pour que nos enfants n’aient plus à aller puiser de l’eau la nuit, loin de leurs habitations» ; à l’emploi «pour endiguer le chômage et trouver du travail à nos jeunes» ; aux infrastructures routières «pour ne plus voir des femmes enceintes poussées dans des brouettes, faute de route» et à la santé, en construction d’un nouveau dispensaire dans le 2e arrondissement.

«Cette transformation de notre arrondissement qui a commencé et qui se poursuit, a-t-il indiqué à l’endroit des électeurs, ne pourra se faire que si vous me donnez la force, le mandat et la légitimité, de pouvoir vous défendre et faire entendre vos voix, là où les choses se décident.»