La section port-gentillaise de la Fédération nationale des parents d’élèves du Gabon n’a pas pu tenir, le 18 mars dernier, l’assemblée générale qu’elle envisageait. Présente sur les lieux, la Police en a dissuadé les leaders et membres.

Parents d’élèves arrivés en retard sur les lieux et écoutant quelques explications. © Gabonreview/Louis Mbourou

 

Le bureau provincial de la Fédération nationale des parents d’élèves du Gabon (Fenapeg) a invité tous les parents à une assemblée générale, le 18 mars dernier dans l’enceinte du lycée Joseph Ambourouet Avaro (LJAA). Avant l’heure de la réunion prévue pour 10 heures, la police a pris pied dans le lycée, intimant l’ordre aux membres du bureau d’enlever les chaises et démonter les tentes installées dans la cour. «Les policiers nous ont dit qu’ils ont reçu instruction d’empêcher ce rassemblement de se tenir sans nous en donner les raisons», raconte un membre du bureau. Les parents d’élèves, déjà en grand nombre dans l’enceinte du lycée, ont reçu l’ordre de rentrer chez eux. Ils se sont éxécutés sans rechigner, «pour éviter toute altercation avec les forces de l’ordre», explique un autre membre du bureau provincial de l’Ogooué-Maritime de la Fenapeg.

Francis Ndong Ntogo, le président de la Fenapeg Ogooué-Maritime, et Yakélé Mihindou le secrétaire général / La police devant le lycée Joseph Ambourouet Avaro où devrait se réunir la réunion des membres de la Fenapeg. © Gabonreview/Louis Mbourou

Un groupe de parents d’élèves arrivés en retard a néanmoins été entretenu pendant un quart d’heure par les membres du bureau encore présents sur les lieux. Ceux-ci leur ont décliné le but de l’assemblée générale avortée. «Nous devrions faire le compte rendu des réunions que nous avons eues avec le gouverneur de la province et le directeur d’Académie provinciale. Cette assemblée générale devrait nous permettre également de prendre ensemble certaines décisions au vu de la grève qui perdure dans la capitale économique et d’explorer des pistes de sortie de crise», a laissé entendre le président provincial de la Fenapeg, Francis Ndong Ntogo.

Au sortir du lycée où devait se tenir l’assemblée générale, les parents d’élèves n’ont pu cacher leur colère face à l’attitude des gouvernants qui «au lieu de dialoguer avec les syndicats, jettent plutôt de l’huile sur le feu». «Au moment où on attend le dialogue avec les syndicats, voilà que le gouvernement suspend les activités de la Conasysed (Convention nationale des syndicats du secteur Éducation). À Port-Gentil, les établissements fonctionnent à 3%, ce n’est pas normal. Nous allons demander à tous les parents de garder leurs enfants à la maison», a confié un membre du bureau de la Fenapeg Ogooué-Maritime.