Poignardé mortellement dans la nuit du 7 au 8 septembre dernier, Théophile Azizet a succombé à ses blessures dans la matinée du samedi 9 septembre 2017 dans une clinique de la capitale économique.

Théophile Azizet, directeur de cabinet du maire de Port-Gentil. Son assassinat plonge toute la ville dans l’émoi. © Gabonreview

 

L’agression mortelle dont a été victime Théophile Azizet dans la nuit de mercredi à jeudi dernier ne laisse aucun doute sur les intentions de ses agresseurs. Ces derniers lui ont tendu un guet-apens entre le lieu où habituellement il gare son véhicule et son domicile situé au quartier Île Mandji, à Port-gentil. Après lui avoir asséné plusieurs coups de couteau, ses agresseurs se sont évanouis dans la nature. Ils ne se sont intéressés ni à l’importante somme d’argent qu’il avait sur lui ni à ses deux téléphones portables. Pour les proches du désormais défunt directeur de cabinet d’Aperano, maire de la ville pétrolière, il ne fait l’ombre d’aucun doute : les agresseurs de celui-ci ne visaient qu’à lui ôter la vie.

Mais, pour le moment, personne n’est cependant capable d’en déterminer le mobile. Car pour tous, l’ancien responsable de la RTG2, installé à Port-Gentil après sa nomination à la tête du cabinet de Bernard Aperano, était un homme dont la courtoisie forçait l’estime de tous. Tant dans son milieu social que professionnel, Théophile Azizet avait la réputation d’un homme humble et très effacé. On en est à se demander qui pouvait bien lui en vouloir. Crime passionnel ou assassinat lié à des motifs politiques ? Seule l’enquête ouverte par les services compétents pourraient fixer tout le monde.