La Première dame Sylvia Bongo Ondimba a procédé le 18 octobre au centre de santé de London, dans le 4e arrondissement de Libreville, au lancement de la 7e journée nationale de vaccination contre la poliomyélite.

Sylvia Bongo Ondimba lors de l’administration du vaccin contre la polio à Libreville, le 18 octobre 2017. © Gabonreview

 

Le Centre de santé communautaire de London, dans le 4e arrondissement de Libreville, a servi de cadre, le 18 octobre, au lancement de la Campagne nationale de prévention contre la poliomyélite par Sylvia Bongo. A cette occasion, la Première dame a réaffirmé son engagement pour les causes sociales et particulièrement celles relatives à la mère et à l’enfant.

Organisée par le ministère de la Santé et les partenaires tels que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’Organisation des nations unies pour l’enfance (Unicef), la Fondation Sylvia Bongo Ondimba (FSBO) et le Rotary International, la campagne s’étend du 18 au 21 octobre 2017 sur toute l’étendue du territoire national. Elle vise une couverture vaccinale optimale d’au moins 95%, conformément aux objectifs de la phase ultime de l’éradication de la maladie. Selon le représentant résident de l’Unicef au Gabon, l’objectif est de vacciner 357.297 enfants à travers le pays.

Sylvia Bongo Ondimba au Centre de Santé de London, le 18 octobre 2017. © Gabonreview

«Nous sommes aujourd’hui et plus que jamais proches du but. Le processus de certification de son éradication (de la polio) a effectivement commencé au Gabon avec l’espoir de déclarer le pays «libre de polio». Ce sera là une grande et gratifiante victoire contre une maladie qui n’a que trop sévi et qui a affecté beaucoup d’enfants à travers le monde», a déclaré Jacques Boyer.

Et ce dernier de souligner que les taux de couverture vaccinale contre la polio ont connu une évolution remarquable depuis 2014n atteignant un pic de 111,7% pour les enfants de 0 à 59 mois, selon les données administratives lors des passages de 2015. Quant à l’évaluation indépendante conduite par l’OMS à la fin de la campagne, le taux s’élevait à 96% pour la même tranche d’âge.

En saluant l’implication de la Première dame dans ces opérations sociales et sanitaires, à travers sa fondation pour la famille, la ministre de la Santé et le représentant de l’Unicef ont indiqué que des efforts supplémentaires devront être entrepris au cours de l’actuelle campagne, à travers la stratégie porte-à-porte pour l’amélioration des performances.

En 2016, seuls 37 cas de polio ont été notifiés dans le monde. Le combat est désormais d’éradiquer totalement ces résidus. Aucune maison, quartier, ville, village ne sera oublié pendant cette campagne. D’où l’appel du représentant de l’Unicef et du ministre de la Santé à l’endroit des leaders communautaires et religieux pour aider à la réussite de cette opération.