L’ambassade de France au Gabon et l’incubateur Ogooué Labs ont signé le 14 juin 2018, un protocole de financement pour l’accompagnement technique de l’École 241, au titre du programme Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs (Piscca) pour 2018.

Signature du protocole de financement entre l’ambassade de France au Gabon et l’incubateur Ogooué Labs le 14 juin 2018. © Gabonreview

 

Le Conseiller de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France au Gabon, Bernard Rubi, et le fondateur de l’incubateur Ogooué Labs, Sylvère Boussamba, ont signé le 14 juin un protocole de financement au titre du programme Piscca 2018, pour l’accompagnement technique de l’École 241.

Avec l’assistante technique du leader français de la fabrique numérique «Simplon», dans le programme «École 241», le Gabon est le quatrième pays africain à accueillir une structure de formation des leaders du numérique, après l’Afrique du Sud, le Sénégal, et la Côte-d’Ivoire. L’objectif de ce programme est de contribuer à la diversification de l’écosystème numérique gabonais, de développer des solutions numériques rapides et de lutter contre les inégalités liées au genre et au handicap.

«Le programme École 241 contribuera à former tous les six mois, un peu plus de 40 professionnels du numérique, notamment les développeurs d’applications web et mobile, les spécialistes de la gestion de la production et de la consommation des données et des spécialistes du marketing digital», a indiqué Sylvère Boussamba, précisant que l’accès sera gratuit à tous les candidats qui se seront distingués à la phase d’évaluation. 30% des places seront réservées aux jeunes filles et 12% aux personnes vivants avec un handicap.

Convaincu de l’intérêt de ce programme, Bernard Rubi a réaffirmé l’engagement de l’ambassade de France à soutenir l’État gabonais dans le développement d’un écosystème numérique attractif.

Le programme Piscca constitue un outil unique de l’Ambassade de France au Gabon pour le financement de projets portés par les acteurs de la société civile gabonaise et, dans la limite de 30% de l’enveloppe globale, par les acteurs publics. Au titre de l’année 2018, le montant de l’enveloppe PISCCA est de 140 millions de FCFA.