La troisième réunion des travaux du Comité de pilotage régional (CPR), du Programme de restructuration et de Mise à niveau de l’Afrique centrale (PRMN) et du Programme infrastructure qualité de l’Afrique centrale (Piqac), débutée le 16 octobre dernier s’est achevée le 20 octobre 2017 à Libreville.

Les participants aux travaux de la Piqac et du PRMN à Libreville, le 20 octobre 2017. © Gabonreview

 

Libreville a abrité du 16 au 20 octobre 2017 les travaux et la réunion du troisième Comité de pilotage régional conjoint du Programme de restructuration et de mise à niveau de l’Afrique centrale et du Piqac. Les assises de ces deux programmes régionaux ont permis de faire le point sur les activités réalisées.

Initiés par la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (Cemac), en concertation avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), le PRMN et le Piqac sont des programmes financés par l’Union européenne (UE) à hauteur, respectivement de 4,15 milliards de francs CFA (6,3 millions d’euros) et de 3,8 milliards de francs CFA (5,8 millions d’euros). Les deux programmes sont mis en œuvre par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi).

Officiellement ouvert le 18 octobre dernier, les échanges entre les participants ont permis de faire le point, de manière détaillée, sur l’état d’avancement des programmes, de présenter les résultats obtenus au cours de l’année écoulée et d’échanger sur les bonnes pratiques et aspects techniques du PRMN et du Piqac.

A cette occasion, indique le communiqué parvenu à la Rédaction, des ateliers de formation technique, un séminaire portant sur la restructuration des entreprises, animés par le PRMN, et un atelier présentant les documents relatifs à l’infrastructure qualité en Afrique Centrale, développés dans le cadre du Piqac, ont également été organisés.

Ces travaux ont été l’occasion de discuter de la pérennisation des acquis des deux programmes, de même qu’ils ont permis d’identifier des activités futures pour un éventuel Piqac 2, relative notamment à «la politique qualité régionale, le prix qualité régional, le mécanisme régional d’harmonisation des normes et autres activités…».

«Le Piqac a pour objectif de renforcer la compétitivité et la diversification des secteurs productifs à travers l’opérationnalisation des infrastructures qualité régionales et nationales et leur mise en réseau», a expliqué Juan Pablo Davila Sanchez, ajoutant qu’il permet de renforcer les infrastructures chargées de la vérification de la qualité des produits. «On travaille dans ce programme avec différents laboratoires d’analyse, avec les entreprises pour l’amélioration de la qualité de ces produits», a-t-il précisé.

S’agissant du PRMN, il a relevé qu’il vise la dynamique de mise à niveau, d’amélioration de la compétitivité du tissu industriel et des entreprises de services, à travers une assistance technique, fondée sur un ciblage adéquat des secteurs porteurs spécifiques de chacun des pays bénéficiaires.

Ces deux programmes couvrent Sept pays de l’Afrique Centrale : le Cameroun, le Gabon, la République Centrafricaine, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad.