Les membres du Parti gabonais du progrès (PGP), ont commémoré le 23 mai 2017, le 27e anniversaire de décès du premier secrétaire général de leur parti politique, trouvé mort dans la nuit du 22 au 23 mai 1990, dans un hôtel de Libreville.

Le président du PGP, Benoit-Joseph Mouity Nzamba (à droite). © Gabonreview

 

Joseph Rendjambe Issani. © D.R.

Les membres du Parti gabonais du progrès ont réaffirmé, à la faveur d’une déclaration en hommage à Joseph Rendjambe Issani, et à tous les progressistes disparus, leur engagement à bâtir un «Gabon nouveau fait d’amour de la Patrie, de liberté, de justice et de la paix». Pour le président du PGP, Benoit-Joseph Mouity Nzamba et ses frères d’armes, l’alternance politique au Gabon est une «nécessité vitale».

«Le PGP inscrit aujourd’hui son action dans cette orientation, malgré les embûches de toutes sortes et les trahisons. Il poursuit l’œuvre entamée par ceux dont la clairvoyance et le courage sont source d’inspiration et constituent un modèle pour la jeunesse gabonaise. Joseph Renjambe Issani reste un modèle, de même que Pierre-Louis Agondjo Okawe parce que défenseur du peuple gabonais», a affirmé Benoit-Joseph Mouity Nzamba.

Selon le président du PGP, les victimes de la dictature du régime PDG, les aident aujourd’hui à entretenir la flamme de l’espoir qui illumine leur voie car, la situation serait grave. «Aucun Gabonais ne peut y rester insensible. C’est la descente aux enfers, un pays bloqué, en faillite économique et financière, aux mains d’un pouvoir violent, sans foi ni loi», a déploré Benoit-Joseph Mouity Nzamba, assurant que «le PGP se tient toujours aux côtés de tous ceux qui luttent effectivement pour le changement réel et pour la rupture avec l’ordre ancien. Il se démarquera de toute tentative de restauration».

De l’avis de Benoit-Joseph Mouity Nzamba, le rôle du PGP est sans équivoque : conforter et participer activement à la résistance sous toutes ses formes, pour récupérer le pouvoir des mains des usurpateurs et des imposteurs. Réaffirmant leur attachement à l’ancien candidat de la coalition de l’opposition à la présidentielle du 27 août 2016, les progressistes promettent de mettre fin à un système «fait de captation de toute la richesse nationale par un clan et ses affidés, un système d’imposture et de forfaiture». «Ensemble, les Gabonaises et les Gabonais bâtiront avec Jean Ping et la coalition la Nouvelle République, un pays fort où la prospérité sera réellement partagée», a assuré le président du PGP.

Au terme de la déclaration, une gerbe de fleurs a été déposée au lieu du décès de Joseph Rendjambe Issani par ses frères d’armes.