Fixé à 83,23 dollars il y a quelques jours, le prix du baril de référence du brut de l’Organisation des pays exportateurs du pétrole (Opep) est passé à 83,63 dollars, soit 47 682 francs CFA, depuis le 2 octobre. Cette hausse est due, selon les analystes, à la forte demande et à la politique coordonnée de l’Opep et de la Russie.

Le prix du panier de l’Opep monte à 84 dollars. © D.R

 

Une légère hausse du prix du panier de l’Organisation des pays exportateurs du pétrole (Opep) est d’actualité depuis le 2 octobre. Selon le site web de l’Opep, ce prix est passé de 83,23 à 83,63 dollars, soit 47 682 francs CFA.

Selon les analystes, cette récente progression des cours «s’explique par la forte demande, la politique coordonnée de l’Opep et de la Russie, les difficultés de pays producteurs, notamment la Libye et le Venezuela, ainsi que les tensions géopolitiques autour de l’Iran».

En dépit de cette embellie, l’Opep et ses partenaires, dont la Russie, n’ont pas annoncé de hausse de leur production, lors de la 10e réunion du Comité ministériel conjoint de suivi de l’accord de réduction de la production pétrolière des pays de l’Opep et non Opep (JMMC), tenue en fin septembre à Alger.

Introduit en 2005, le panier de référence des pétroles bruts de L’Opep regroupe le Rabit light du Gabon, l’Iran Heavy de l’Iran, le Zafiro de la Guinée équatoriale, l’Oriente de l’Equateur et le Sahara Blend de l’Algerie. Ce panier de référence comprend également le Girassol de l’Angola, le Djeno du Congo, le Basra Light de l’Irak, le Koweït export du Koweït, l’Es-Sider de la Lybie, le Bonny Lihnet du Nigeria, le Qatar marin du Qatar, l’Arab Light de l’Arabie saoudite ainsi que le Mery du Venezuela.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga