Le chiffre d’affaires consolidé du groupe français pour les neuf premiers mois de 2017 s’est établi à 258 millions d’euros, en progression de 14% par rapport à celui de la même période en 2016.

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe Maurel & Prom pour les neuf premiers mois de 2017 s’est établi à 258 millions d’euros. © D.R.

Selon un communiqué du groupe pétrolier français publié le 24 octobre 2017, son chiffre d’affaires consolidé pour les neuf premiers mois de 2017 est de 258 millions d’euros, en hausse 14%, par rapport à celui de la même période 2016. «Cette variation est notamment due à la forte progression du prix moyen de vente de l’huile produite au Gabon (+23 % par rapport aux neuf premiers mois de 2016)», assure le groupe.

Au Gabon, la production d’huile a connu une augmentation de 5 % au troisième trimestre 2017 par rapport au deuxième trimestre 2017. Soit une production moyenne opérée de 26 290 b/j à raison de 21 032 b/j pour Maurel et Prom, représentant 80% de la production générale. Sur les neuf premiers mois de 2017, la production a progressé de 25 239 b/j en production opérée, soit 20 191 b/j en part M&P (80%).

S’agissant du prix de vente moyen sur les neuf premiers mois de 2017, il s’élève à 50,5 $/b contre 41,0 $/b sur la même période de 2016, soit une augmentation de 23 %. «Il convient également de noter une diminution significative de la décote du prix de vente du Rabi Light par rapport à celui du Brent sur les trois derniers mois», souligne le communiqué.

En Tanzanie où le groupe opère, les quantités de gaz produites sont liées à la consommation industrielle de gaz à Dar Es Salam via les demandes en gaz de la société nationale TPDC. Sur les neuf premiers mois de 2017, la production opérée moyenne s’établit ainsi à 45 Mpc/j, soit 21,5 Mpc/j en part M&P (48,08%).

«La production de gaz a fortement varié d’un trimestre à l’autre du fait de la saisonnalité de l’activité. En effet, la saison des pluies au cours T2 2017 a conduit à une activité hydroélectrique plus intense, et de fait à une diminution de la demande en gaz. Cette dernière ayant nettement progressé au T3 2017, la moyenne de production opérée en gaz atteint un niveau de 60 Mpc/j, soit 28,8 Mpc/j en part M&P (48,06 %)», indique le groupe pétrolier français.