Les activités de la société spécialisée dans le support logistique et maintenance, et la location de matériel, pourraient être perturbées après le 23 novembre. Cette échéance marque en effet l’expiration du préavis de grève transmis à Petrogas par l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep).

© petrogasworldwide.com

 

En ce mois de novembre, l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) multiplie les préavis de grève. Après Knock Allan et la Société gabonaise d’entreposage des produits pétroliers (SGEPP), le tour est revenu à la société Petrogas. Un préavis de grève a été transmis, le 17 novembre à Port-Gentil, à la direction de cette société spécialisée dans le support logistique et maintenance, et la location de matériel.

A l’expiration de ce préavis, l’Onep se réserve le droit de «lancer immédiatement une grève de cinq jours, en guise d’avertissement, dans toutes les installations où opère Petrogas au Gabon». Un mouvement pouvant se corser si la direction générale n’entre pas en négociations avec l’organisation syndicale.

Expirant le 23 novembre à 23h59, le préavis de grève de l’Onep comporte plusieurs points de revendications, dont quatre préalables : l’harmonisation des salaires de base, le paiement de la prime de panier, le paiement des taux de 200 et 300% des heures de travail de jour et de nuit effectuées pendant la période de repos. Sans oublier l’«exécution immédiate et sans condition des autorisations de cession d’une partie des salaires des employés», pour s’acquitter de leurs cotisations.

Parmi les autres point contenus dans le préavis de grève, figurent en bonne place : la régularisation de la situation socioprofessionnelle du personnel mis à disposition ; la clarification sur le paiement des heures supplémentaires et sur la gestion du fonds d’aide, financé à hauteur de 1,5% par les travailleurs ; le versement de l’allocation congé au moment du départ de en congé.

Selon l’Onep, la satisfaction de ces attentes est «la condition sine qua non d’un retour à la sérénité». Une réaction de la direction générale de Petrogas est désormais attendue.